Cet article date de plus de cinq ans.

Législatives britanniques : des femmes à la tête de (presque) tous les partis

Seuls les conservateurs restent dirigés par un homme après les résultats des élections qui ont poussé plusieurs dirigeants politiques à démissionner. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La dirigeante du parti national écossais (SNP), Nicola Sturgeon pose devant les photographes après les élections législatives britanniques, le 9 mai 2015 à Edimbourg (Ecosse).  (RUSSELL CHEYNE / REUTERS)

"Girl power" au sein des principaux partis britanniques, après les législatives britanniques, dévastatrices pour les travaillistes. Les résultats, qui ont poussé plusieurs hommes politiques à la démission, permettent en effet un renouveau au sein des dirigeants des partis. Après les départs d'Ed Miliband (Labour), Nick Clegg (Libéraux-démocrates) et Nigel Farage (Ukip), la quasi-totalité des partis politiques britanniques se retrouvent désormais dirigés par des femmes, souligne The Independent (en anglais), samedi 9 mai. 

L'exception des conservateurs dirigés par Cameron

Au Labour, c'est Harriet Harman qui a pris la succession d'Ed Miliband. Du côté des libéraux-démocrates, Sarah Brinton est elle aussi chargée de l'intérim en attendant qu'un nouveau dirigeant soit élu. Enfin, Suzanne Evans prend la tête du Ukip après la démission de Nigel Farage. Les Verts, le parti national écossais (SNP) et le Plaid Cymru, parti nationaliste gallois, sont eux aussi tenus par des femmes, dont la charismatique Nicola Sturgeon (SNP). Seuls les conservateurs restent aux mains d'un homme, en l'occurrence le Premier ministre, David Cameron. 

 

Toutefois, cet état de grâce pour les femmes politiques britanniques ne devrait pas durer. Si au Labour, l'intérim pourrait déboucher sur l'élection d'une dirigeante à la tête des travaillistes, ce n'est pas le cas du côté du parti europhobe Ukip : Nigel Farage a d'ores et déjà laisser la porte ouverte à son retour d'ici la fin de l'année.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.