Législatives au Royaume-uni : cinq ministres invitent Boris Johnson à remplacer Theresa May

La Première ministre britannique, très affaiblie, refuse de démissioner mais ne parvient pas à trouver une majorité pour gouverner.

Boris Johnson, le 6 juin 2017, à Durham (Royaume-Uni).
Boris Johnson, le 6 juin 2017, à Durham (Royaume-Uni). (SCOTT HEPPELL / AFP)

Theresa May peine à rassembler son camp. Cinq ministres britanniques appellent Boris Johnson, jusque-là ministre des Affaires étrangères, à remplacer Theresa May au poste de Premier ministre, a rapporté le Sunday Times (article payant, en anglais) dans son édition du dimanche 11 juin.

Les ministres ont pris contact vendredi avec l'ancien maire de Londres, dès que l'issue des élections législatives a été connue. Arrivé en tête, le parti conservateur a toutefois perdu la majorité absolue dont il disposait au Parlement. De son côté, Boris Johnson a démenti toute ambition de devenir Premier ministre et a assuré qu'il était "à 100% derrière Theresa May".

Imbroglio sur un accord de gouvernement

La Première ministre a refusé de démissionner, même si elle reste très affaiblie par cet échec électoral. Dans la nuit, son équipe à Downing Street avait, pendant un temps, annoncé qu'elle était parvenue à sceller un accord de principe avec le DUP, un petit parti protestant ultra-conservateur nord-irlandais, devenu indispensable aux Tories pour gouverner.

Mais cette annonce a ensuite été rectifiée : Theresa May a seulement "discuté avec le DUP pour évoquer la finalisation d'un accord lorsque le Parlement reprendra ses travaux la semaine prochaine". Si les discussions sont toujours en cours avec la formation nord-irlandaise, qui permettrait aux conservateurs d'obtenir les 326 sièges requis, cette séquence symbolise la confusion politique dans laquelle est plongée le Royaume-Uni.

Le nouveau Parlement siégera une première fois mardi, avant d'accorder ou non sa confiance au nouveau gouvernement le lundi 19 juin, le jour prévu pour lancer les négociations sur le Brexit.