Cet article date de plus de sept ans.

Eglise, ferme, bar... au Royaume-Uni, les bureaux de vote s'installent partout

Les Britanniques votent, jeudi 7 mai, pour élire leurs députés. Parfois dans des lieux insolites.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bureau de vote installé dans un pub, dans le quartier de Kensington, à Londres (Royaume-Uni), le 7 mai 2015, jour des élections législatives.  (SIPA / AP / DAVID AZIA)

Jour de vote au Royaume-Uni. Les Britanniques se rendent aux urnes, jeudi 7 mai, pour élire leurs 650 députés, et choisir qui, du Premier ministre conservateur sortant ou de son opposant travailliste, remportera la mise.

A travers le pays, 50 000 bureaux de vote, ou polling stations, ont ouvert dès 7 heures pour accueillir les 45 millions d'électeurs appelés à élire les membres de la Chambre des communes. Or, au Royaume-Uni, ils ont une particularité : ils peuvent être installés dans des lieux insolites. Francetv info en a compilé quelques-uns.

Le site Mashable a repéré ce bureau de vote dans un club amateur de boxe, dans le Yorkshire (nord-est de l'Angleterre).

Ailleurs, on vote dans une église ou encore dans un café, rapporte Vincent Daniel, l'envoyé spécial de francetv info à Edimbourg (Ecosse).

Cette église de la ville veut éviter tout risque de confusion : à gauche, on vote, à droite, on prie.  

Même les fermes sont mises à contribution. Ici, dans les Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre).

Un musée d'artillerie militaire accueille lui aussi un bureau de vote, à Woolwich, dans la banlieue de Londres.

La BBC explique que les bureaux sont choisis selon des critères très stricts. Ils doivent être accessibles à tous, identifiables, et surtout préserver le secret du vote. Elle publie également des vidéos montrant les bureaux de vote les plus insolites des dernières décennies : bus, garage, salon de coiffure ou caravane.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Législatives britanniques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.