Le mégalithe de Stonehenge a-t-il d'abord été érigé au pays de Galles ?

La provenance des roches bleues et leur date d'extraction laissent entendre qu'elles ont été utilisées pour un premier monument, au pays de Galles.

Le site de Stonehenge (Grande-Bretagne), photographié le 30 novembre 2015.
Le site de Stonehenge (Grande-Bretagne), photographié le 30 novembre 2015. (MANUEL COHEN / AFP)

Et si Stonehenge avait été déplacé ? C'est ce que laisse entendre une étude menée par l'université de Londres (UCL), publiée lundi 7 décembre dans la revue Antiquity (en anglais). Selon les archéologues, une partie au moins du mégalithe de Stonehenge aurait pu d'abord être érigée dans l'actuel pays de Galles, avant d'être transférée, 500 ans plus tard, dans le comté de Wiltshire en Angleterre.

De précieuses coquilles de noisettes

Les archéologues savent depuis les années 1920 que les menhirs qui forment le cercle intérieur de Stonehenge proviennent du Pembrokeshire, au pays de Galles, rappelle la BBC (en anglais). Mais les chercheurs ont confirmé, avec plus de précision, que la pierre provenait d'affleurements, localisés à Carn Goedog et Craig-Rhos-y-felin. Et ils sont parvenus à dater l'extraction de la roche, "en datant les coquilles de noisettes et les restes de charbon laissés par les ouvriers de la carrière", explique le Guardian.

"Nous remontons à 3400 avant JC à Craig Rhos-y-felin et 3200 avant JC à Carn Goedog", explique Mike Parker Pearson, le directeur du projet. C'est justement ce qui intrigue son équipe, "car les pierres bleues n'ont pas été érigées à Stonehenge avant 2900 avant JC". Selon lui, il est difficilement imaginable que les constructeurs aient mis cinq cents ans à déplacer les pierres. "Il est plus probable que les pierres aient d'abord été utilisées pour un monument local, près des carrières, avant d'être démantelées et emportées dans le Wiltshire", estime Mike Parker Pearson.