La police évacue des militants d'Extinction Rebellion à Londres

Le mouvement écologiste prévoient des actions pendant deux semaines dans le monde entier, afin d'alerter sur l'urgence climatique.

(HENRY NICHOLLS / X06612)

La police a évacué mardi 8 octobre les militants écologistes d'Extinction Rebellion qui s'étaient installés, notamment avec des tentes, dans le quartier des ministères dans le centre de Londres. Depuis lundi, qui marquait le début d'actions prévues pour durer jusqu'à deux semaines dans le monde entier, 471 personnes, dont 212 mardi, ont été interpellées dans la capitale britannique, a indiqué la police sur Twitter.

>> ENQUETE FRANCEINFO. Qui se cache derrière Extinction Rebellion, ces activistes en vert et contre tous ?

La police a sommé les manifestants de contenir leur action à Trafalgar Square et commencé à les déloger des autres endroits du centre de Londres. Lundi soir, le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé les manifestants à abandonner leurs "bivouacs aux senteurs de chanvre" et arrêter de bloquer les rues de Londres.

Des militants présents dans 72 pays

Extinction Rebellion est né au Royaume-Uni fin 2018 à l'initiative d'universitaires notamment, inspiré par la stratégie de lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis dans les années 60. Prônant la désobéissance civile, il s'est étendu grâce aux réseaux sociaux et revendique aujourd'hui 500 groupes dans 72 pays. Au Royaume-Uni, il demande notamment la neutralité en matière d'émissions de CO2 en 2025, là où le gouvernement a fixé cet objectif à 2050.

A Londres, Extinction Rebellion espère rassembler 20 000 à 30 000 personnes sur deux semaines pour prendre part aux actions de blocage visant 12 sites, la plupart situés autour de Westminster, où sont concentrés les lieux de pouvoir.