Cet article date de plus de trois ans.

Jeune fille au pair assassinée à Londres : la famille de Sophie Lionnet attend la vérité

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Jeune fille au pair assassinée à Londres : la famille de Sophie Lionnet attend la vérité
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le procès des meurtriers présumés de Sophie Lionnet, jeune fille au pair retrouvée morte à Londres (Royaume-Uni) en septembre dernier, s'ouvre ce lundi 19 mars. L'expérience s'annonce difficile pour la famille de la victime, privée jusqu'alors des avancées de l'enquête.

La vérité éclatera-t-elle concernant la mort de Sophie Lionnet ? Le corps de cette jeune fille au pair a été retrouvé calciné en septembre dernier chez la famille qui l'accueillait en tant que jeune fille au pair. Ce lundi 19 mars s'ouvre le procès de ses meurtriers présumés, le journaliste Loïc de la Mornais est sur place. Il explique : "Scotland Yard, la police britannique, a prévenu les parents de Sophie Lionnet via leur avocat que ce procès allait être dur et éprouvant, car le crime a été particulièrement barbare. Le droit britannique est un système très différent du système français, un système accusatoire où les parties ne sont pas au courant, ne sont pas versées au dossier avant le procès".

Pas d'information jusqu'au procès

Aucun détail n'a filtré, la famille de la victime n'est au courant de rien et connaîtra les circonstances de sa mort au fil des preuves apportées par les enquêteurs. Le journaliste poursuit : "Tout va donc se jouer au moment du procès, quand les policiers britanniques apporteront les éléments à charge. Les parents de Sophie Lionnet vont tout se prendre en pleine figure, au jour le jour. Il semblerait que le corps de Sophie Lionnet ait de multiples fractures. A-t-elle été battue ? Est-ce la raison de sa mort ? La famille attend enfin des réponses, le procès devrait durer cinq semaines."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.