"Etre ensemble pour rester fort" : un an après l'attentat à Manchester, les habitants s'unissent en hommage aux victimes

Un an jour pour jour après l'attentat de Manchester qui a coûté la vie à 22 personnes lors du concert de la chanteuse Ariana Grande, des milliers d'habitants se rassembleront mardi soir pour chanter en mémoire des victimes.

De nombreux habitants s\'étaient rassemblés sur la place Sainte-Anne de Manchester, le 25 mai 2017.
De nombreux habitants s'étaient rassemblés sur la place Sainte-Anne de Manchester, le 25 mai 2017. (NIGEL RODDIS / EPA)

Le Royaume-Uni est à l’heure du recueillement. Les habitants de Manchester se réuniront mardi 22 mai pour une cérémonie d’hommage aux 22 personnes tuées par des terroristes il y a exactement un an. Ce soir-là, peu après 23h30, un kamikaze faisait exploser une bombe artisanale à la sortie d’un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. Après la cérémonie religieuse, plusieurs milliers d’habitants ont prévu de se rassembler dans le centre-ville pour chanter ensemble.

>>  VIDɐO. "Je revis l'attentat encore et encore" : un an après Manchester, une jeune rescapée raconte sa reconstruction 

Impossible d’oublier, même 365 jours plus tard. Yasmine, 20 ans, était au concert d’Ariana Grande et a perdu l’une de ses camarades de classe, tuée dans l’explosion. Mardi c’est à elle qu’elle pensera, serrée contre les autres rescapés : "C’est vraiment important pour moi d’être là. Plusieurs fois, j’ai fait des cauchemars, après le concert, après avoir vu des gens couverts de sang. C’était vraiment traumatisant, mais cela va mieux...", confie Yasmine. 

Avec mes copains de classe on était un chouette groupe. Je ne crois pas que c’est quelque chose qu’on peut vraiment surmonter. Il faut vivre avec.Yasmineà franceinfo

Continuer à vivre, le plus normalement possible : John en a fait sa devise. Ce père de famille habite non loin de la salle où l’attentat a eu lieu. Pour lui, la meilleure façon de résister est de chanter en public. "Les gens, explique-t-il, ont envie de montrer que ce genre d’attaque ne nous empêche pas de garder le même style de vie." "On a par exemple maintenu la grande course de Manchester, poursuit-il, avec 50 000 personnes dans le centre-ville une semaine après les attentats. Je suis fier de pouvoir montrer au reste du monde que ce genre d’attaque n’aboutit pas au résultat escompté."

Cette résilience, cette volonté de continuer à avancer, c’est aussi ce que veut montrer Joanny. Son magasin est situé sur la place où les habitants ont laissé pendant plusieurs semaines des peluches et des fleurs en souvenir des victimes. "Je suis très surprise que Manchester ait réagi de manière aussi brave. Je crois que la manière dont tout le monde a réagi, de manière fantastique, nous procure une forme de fierté", constate Joanny.

C’est de ça qu’on a besoin, d’être ensemble, pour rester fortJoannyà franceinfo

Pourtant, beaucoup s’interrogent sur la sécurité en pensant au rassemblement de mardi. Après hésitation, Kate va finalement se rendre sur place : "Vous ne pouvez pas passer votre vie à vous demander si quelque chose de grave va arriver, parce que cela peut se passer à n’importe quel endroit. Ce n’est pas parce que cela s’est produit à Manchester qu’il y a plus aucune chance que cela recommence." L’enquête, toujours en cours, n’a pas permis d’identifier des complices de l’auteur de l’attentat suicide pour l'instant. Près d’une centaine de policiers continuent de travailler à plein temps sur le sujet. 

Un an après l'attentat de Manchester, les habitants s'unissent en hommage aux victimes - reportage Antoine Giniaux
--'--
--'--