Les deux Britanniques retrouvés dans un état critique ont été exposés à l'agent innervant Novichok

Ils ont été exposés à la même substance neurotoxique que Sergueï Skripal, l'ex-espion russe victime d'une tentative d'empoisonnement en mars.

Des policiers britanniques, le 15 mars 2018, à Alderholt, au Royaume-Uni.
Des policiers britanniques, le 15 mars 2018, à Alderholt, au Royaume-Uni. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Scotland Yard en a désormais la preuve. Les deux Britanniques retrouvés dans un état critique ont été exposés à l'agent innervant Novichok, a annoncé, mercredi 4 juillet, la police britannique. Les deux personnes, un homme et une femme, ont été hospitalisés samedi, après avoir été retrouvés inconscients à Amesbury. C'est-à-dire à une dizaine de kilomètres de Salisbury, où l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia avaient été également victimes d'une tentative d'empoisonnement avec la même substance neurotoxique début mars.

Réunion d'urgence du gouvernement

"Ce soir nous avons reçu des résultats d'analyse (...) qui montrent que les deux personnes ont été exposées à l'agent innervant Novichok", a déclaré à la presse Neil Basu, chef du contre-terrorisme britannique.  La police avait initialement émis l'hypothèse d'une contamination liée à l'absorption d'héroïne ou de crack pour ces deux quadragénaires.

Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, a déclaré qu'il présiderait une réunion du comité d'urgence du gouvernement jeudi pour discuter de l'incident. "Ceci suit l'attaque dangereuse et barbare qui a eu lieu à Salisbury en mars", a-t-il déclaré.