Cet article date de plus de trois ans.

Affaire Skripal : l'Otan expulse à son tour sept diplomates russes

Ces mesures s'ajoutent aux 121 expulsions de diplomates russes déjà décrétées par 26 pays, dont les Etats-Unis et 18 pays de l'Union européenne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de l'Otan à Bruxelles (Belgique), le 20 mars 2018. (HANDOUT / ANADOLU AGENCY)

L'Otan se rallie à l'expulsion massive et coordonnée de diplomates russes par des pays occidentaux. L'organisation a annoncé mardi 26 mars qu'elle avait décidé de retirer leurs accréditations à sept membres de la mission russe et rejeté trois demandes d'accréditation supplémentaires.

Cette mesure intervient après l'empoisonnement au Royaume-Uni d'un ancien espion russe, attribué par Londres à Moscou. La Russie nie toute responsabilité dans cet empoisonnement et dénonce "une provocation" ainsi qu'"une campagne antirusse".

"Une réponse internationale sans précédent"

Ces mesures s'ajoutent aux 121 expulsions déjà décrétées depuis lundi par 26 pays, dont les Etats-Unis et 18 membres de l'Union européenne, dans le cadre de représailles coordonnées du camp occidental, sans précédent même du temps de la guerre froide.

"Jamais auparavant autant de pays ne se sont unis pour expulser des diplomates russes", a souligné mardi le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson dans le quotidien The Times. Il a ensuite salué devant le Parlement britannique "une réponse internationale sans précédent et robuste à cet acte irresponsable de la Russie".

Cette action coordonnée est une réponse à l'empoisonnement avec un agent neurotoxique de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Londres, soutenue par ses principaux alliés, accuse la Russie d'en être responsable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.