Cet article date de plus d'un an.

Affaire Maddie : un suspect mis en examen en Allemagne à la demande du Portugal, 15 ans après la disparition de la petite fille

Les autorités allemandes affirment depuis 2020 disposer des preuves du meurtre de la petite Maddie, identifiant un pédocriminel multirécidiviste allemand, déjà en détention, comme le principal suspect.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une photo, prise à Paris le 10 août 2007 à Paris, de la petite fille britannique Madeleine McCann, âgée de quatre ans, qui a disparu lors de vacances en famille au Portugal. (NATHALIE MAGNIEZ / AFP)

Nouveau rebondissement dans l'affaire Maddie ? Un suspect a été mis en examen en Allemagne à la demande de la justice portugaise dans le cadre de l'enquête portant sur la disparition de la fillette britannique Madeleine McCann, a annoncé jeudi 21 avril le parquet de Portimao.

Le 3 mai 2007, alors qu'elle était en vacances au Portugal avec ses parents, la petite fille, âgée de 3 ans au moment des faits, avait disparu sans laisser de traces. Ce rebondissement intervient alors que les autorités allemandes affirment depuis 2020 avoir des preuves du meurtre de la petite Maddie, identifiant un pédocriminel multirécidiviste allemand, déjà en détention, comme étant le principal suspect.

L'homme, âgé de 30 ans au moment des événements, aurait confié à une ex-petite amie, citée par le tabloïd anglais The Sun (en anglais), qu'il avait "un travail à faire à Praia da Luz". Il poursuit : "Un travail horrible, mais je dois le faire, cela va changer ma vie. Vous ne me verrez plus pendant un moment." Praia da Luz, justement la ville où Maddie et sa famille ont passé leurs vacances, lorsqu'elle a disparu.

Recherché par Interpol pour trafic de stupéfiants et un viol commis au Portugal en 2005 sur une touriste américaine de 72 ans, il a finalement été arrêté à Milan en 2018, avant d'être condamné à sept ans de prison en décembre 2019 pour ce viol.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.