Avortement : paroles d'Irlandaises

Le 25 mai, l'Irlande se prononcera par référendum sur le droit à l'avortement. Le pays est un des rares en Europe à l'interdire. 

Voir la vidéo
FRANCEINFO

"À cause du 8e amendement de la Constitution irlandaise, je n'ai pas pu avorter." "Même après sept ans, ça me bouleverse encore. On a l'impression d'être rejetée par son propre pays." "J'aurais dû savoir que l'avortement était illégal dans la plupart des cas." Tous ces témoignages sont ceux de femmes irlandaises encore traumatisées par ce qu'elles ont subi. Car en Irlande, l'avortement est interdit, sauf si la vie de la mère est en danger.

14 ans de prison pour un avortement

"C'était un moment de crise dans ma vie. À 17 ans, alors que j'allais passer mes examens, je suis allée au Royaume-Uni avec ma mère pour pouvoir avorter", explique Fabiana Mizzoni, une militante pro-choix. L'IVG est interdite même en cas de malformation grave. C'est ce qu'a vécu cette mère de famille qui a également dû avorter au Royaume-Uni : "Ça m'a traumatisée. On ajoute du stress à une situation difficile et dans ces cas-là, on n'en a pas besoin", déclare Amy Callaham. "Je pensais que dans un cas aussi grave, où notre bébé n'avait pas vraiment de cerveau, avec le liquide amniotique qui détruisait le cerveau jusqu'à ce qu'elle meure, je pensais vraiment qu'ils allaient nous aider", explique quant à elle Siobhan Donohue. Une interruption volontaire de grossesse est passible de 14 ans de prison en Irlande.

Des manifestants réclament à Dublin (Irlande) l\'abrogation du 8e amendement à la Constitution de 1937, le 8 mars 2017.
Des manifestants réclament à Dublin (Irlande) l'abrogation du 8e amendement à la Constitution de 1937, le 8 mars 2017. (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)