Cet article date de plus de quatre ans.

Attentat de Londres : la France lourdement touchée

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Attentat de Londres : la France lourdement touchée
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Les Français ont été particulièrement touchés par l'attentat de Londres (Royaume-Uni) du samedi 3 juin. Un jeune homme de 27 ans est décédé, deux autres sont portés disparus. Quatre personnes sont toujours dans un état jugé critique ce lundi 5 juin.

Depuis samedi soir, 3 juin, Noémie Thomas, 24 ans, vit dans l'angoisse. Xavier, son père, est parti en week-end à Londres avec sa compagne, Christine. Ils étaient tous deux sur London Bridge quand la camionnette se lance dans sa course meurtrière. "Ils étaient sur le pont et se tenaient la main et Christine s'est fait percuter et elle ne se souvient pas de ce qu'il s'est passé après", explique je jeune femme. Sans nouvelles de son père, Noémie tente coûte que coûte de garder espoir. "Je pense qu'il est dans un hôpital, blessé, mais que du coup on n'a pas de nouvelles", explique-t-elle.

Alexandre, 27 ans, tué par les terroristes

Pour mettre toutes les chances de son côté, la famille diffuse aussi un appel à témoins pour tenter de retrouver Xavier. Sur les réseaux sociaux et sur les murs de Londres est également affiché le visage de Sébastien, originaire d'Angers (Maine-et-Loire). Il sortait d'un bar avec un groupe d'amis au moment de l'attentat et a disparu depuis. Les autorités ont confirmé pour l'instant la mort d'un Français. C'est dans le bar où il était serveur qu'Alexandre a été tué par les terroristes, il avait 27 ans. Ce lundi 5 juin après-midi, le ministre des Affaires étrangères s'est rendu au chevet des blessés. "Nous dénombrons une victime française décédée, deux personnes disparues, ainsi que huit blessés dont quatre dans un état grave", a déclaré Jean-Yves Le Drian. Au côté de Londres, la France est elle aussi aujourd'hui en deuil.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attaque de Londres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.