VIDEO. Gaz sarin utilisé en Syrie : Carla Del Ponte désavoué par l'ONU

La procureure suisse Carla Del Ponte, membre de la Commission d'enquête des Nations unies sur la Syrie, avait évoqué, dimanche, des témoignages faisant état de l'usage de ce gaz mortel par les rebelles.

Le communiqué de la Commission d'enquête internationale indépendante sur la Syrie, mandatée par l'ONU, apparaît ce lundi 6 mai comme un désaveu pour Carla Del Ponte. Dimanche 5 mai, la procureure suisse, membre de cette Commission, avait évoqué des témoignages concordants sur l'usage de gaz sarin par les rebelles. Mais au final, la Commission de l'ONU a affirmé qu'elle "n'avait pas obtenu de résultats permettant de conclure que des armes chimiques ont été utilisées par les parties au conflit".

Carla Del Ponte, qui fut procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, avait affirmé, à la chaîne de télévision publique suisse, avoir vu un rapport sur "des témoignages recueillis concernant l'utilisation d'armes chimiques, en particulier de gaz neurotoxique, par les opposants et non par le gouvernement". Elle avait parlé de "forts soupçons, de soupçons concrets". Et avait estimé que ce n'était pas "surprenant" que les rebelles aient utilisé du gaz sarin "car des combattants étrangers se sont infiltrés parmi les opposants". Voici un extrait de son entretien de dimanche.

Carla Del Ponte lors d\'une conférence de presse à Genève (Suisse), le 25 octobre 2012.
Carla Del Ponte lors d'une conférence de presse à Genève (Suisse), le 25 octobre 2012. (FABRICE COFFRINI / AFP)