Un général proche de Bachar Al-Assad fait défection

Le général de la Garde républicaine syrienne Manaf Tlass a fait défection, selon plusieurs sources proches du régime de Damas. L'information a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Manaf Tlass (à droite), en compagnie de Bachar Al-Assad, en 1994.
Manaf Tlass (à droite), en compagnie de Bachar Al-Assad, en 1994. (RAED QUTENA / AFP)

Manaf Tlass était une figure du régime syrien. Ce général sunnite de la Garde républicaine a fait défection cette semaine pour se réfugier en Turquie, selon plusieurs sources proches du régime de Bachar Al-Assad, et selon le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Il est le premier officier aussi prestigieux à faire défection depuis le début de la révolution en Syrie.

Un proche de Bachar Al-Assad

Fils de l'ancien ministre de la Défense syrien, Moustapha Tlass, Manaf Tlass appartient à la plus puissante famille sunnite du pays. Comme le raconte le New York Times (lien en anglais), son père a facilité l'arrivée au pouvoir de Bachar Al-Assad après la mort de son frère aîné, Basil, héritier désigné du régime de son père Hafez Al-Assad.

Lors des funérailles de Basil en 1994, Moustapha Tlass avait déclaré qu'il voyait le regard de Basil dans les yeux de Bachar. Par la suite, le futur dirigeant syrien s'était engagé dans l'armée et avait grimpé les échelons hiérarchiques avec le soutien du ministre de la Défense. Son ascension dans les rangs de l'armée avait coïncidé avec celle de Manaf.

Ami d'enfance de Bachar Al-Assad, Manaf Tlass faisait partie de son cercle rapproché et était l'un des généraux de la Garde républicaine, une unité d'élite dirigée par le frère de Bachar, Maher Al-Assad. Sa défection a d'abord été annoncée par le site Syriasteps, proche de l'appareil sécuritaire syrien, avant d'être confirmée par l'AFP, qui cite une source interne du régime.

Selon le blog (lien en anglais) de l'universitaire américain Joshua Landis, sa voiture aurait été retrouvée vide dans le quartier de Rukn ad-Din, à Damas. Un colonel de l'Armée syrienne libre, le bras armé de l'opposition, a indiqué à Al Jazeera que le déserteur se trouvait en Turquie. "Il a fait défection et il est en route pour la France", a pour sa part annoncé le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Partisan d'une solution négociée, il était tombé en disgrâce

Ces derniers mois, Manaf Tlass avait été écarté du pouvoir. Selon le blog de Joshua Landis, le quarantenaire était chargé de mettre un terme aux violences dans la banlieue de Damas. Sa méthode, la négociation d'un retrait de l'armée syrienne avec les leaders de l'opposition, n'avait pas plu au régime. Selon l'AFP, ce sont ses missions de conciliation à Rastane et à Deraa qui ont poussé le régime à l'éloigner des affaires il y a un an.

Une autre source indique que la rupture a été consommée en février, au moment de l'assaut du quartier rebelle de Baba Amr, à Homs. Manaf Tlass avait alors refusé de prendre la tête de l'unité chargée de reprendre ce bastion de l'opposition. Un refus peut-être motivé par le fait que son cousin, Abdel Razzak Tlass, commande dans cette ville la brigade Farouk, une unité de l'Armée syrienne libre. Depuis quelques mois, le général avait troqué son uniforme pour des habits civils.

Le début de la fin pour Bachar Al-Assad ?

Cette défection est une très mauvaise nouvelle pour le régime syrien. "Si la défection de Manaf Tlass est confirmée, ce sera un coup douloureux pour le régime et les cercles proches car il était intime de la famille régnante", a affirmé le président de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane.

Sur le terrain, cette information pourrait inciter d'autres officiers sunnites à faire défection. Mais elle pourrait également accentuer les tensions communautaires entre les alaouites, la minorité à laquelle appartient Bachar Al-Assad, et les sunnites. Selon le New York Times, la famille Tlass était l'arbre sunnite qui cachait la forêt alaouite dans les premiers cercles du pouvoir.