VIDEO. Syrie : le prix Nobel de la paix pour les "casques blancs" d'Alep ?

Au milieu des bombes, les "casques blancs" tentent de sauver les victimes. Ils pourraient être récompensés, vendredi.

France 2

Sous son casque blanc, les larmes coulent. Larmes d'épuisement et de soulagement. Le bébé qu'il tient dans ses bras est vivant, après un bombardement. Les Syriens les appellent les "casques blancs". Trois mille bénévoles, non armés, sur zone de guerre.

A  Alep, ils sont 120 à intervenir, 24 heures sur 24, dans ces quartiers sous contrôle de la rébellion. Une équipe de France 2 les a suivis sur une intervention, après que les bombes de l'aviation russe et syrienne ont détruit des immeubles.

Des morts par centaines

À mains nues, les sauveteurs fouillent les décombres. Les morts se comptent par centaines ces dernières semaines. Des opérations dangereuses, d'autant que l’accès aux blessés est très difficile. Les "casques blancs", exténués, espèrent recevoir le prix Nobel de la paix décerné vendredi 7 octobre. Cent quarante-deux d'entre eux ont déjà été tués.

Avant la guerre, ils étaient commerçants, étudiants, artisans. Ils ont choisi de rester à Alep par fidélité à leur pays, disent-ils aux journalistes de France 2. Alors ils se sont improvisés secouristes. Ils assurent avoir sauvé plus de 60 000 civils en deux ans, mais n'arrivent plus aujourd'hui à sauver autant de vies qu'ils le voudraient. Les "casques blancs" se disent apolitiques ; Bachar Al-Assad, lui, les traite de terroristes.    

Le JT
Les autres sujets du JT
Les \"Casques blancs\" en Syrie
Les "Casques blancs" en Syrie (THAER MOHAMMED / AFP)