Syrie : le mois de mai a été le moins meurtrier pour les civils depuis 2011

"Mai a été le mois le moins meurtrier pour les civils depuis le début de la révolution syrienne", a indiqué l'OSDH, qui précise que 244 civils ont été tués ce dernier mois.

La ville de Hajar al-Aswad (Syrie) en ruines, le 22 mai 2018.
La ville de Hajar al-Aswad (Syrie) en ruines, le 22 mai 2018. (LOUAI BESHARA / AFP)

En tout, 244 civils ont été tués en mai, dont 33 femmes et 58 enfants, en Syrie. Ce bilan, communiqué par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) fait de mai le mois le moins meurtrier pour les civils en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, a indiqué vendredi 1er juin l'OSDH. En avril, 395 civils avaient été tués.

Les frappes du régime : première cause

Les bombardements du gouvernement ont constitué la première cause des morts de civils en mai, selon l'ONG. Les frappes du régime ont fait 77 morts civils, et celles de son allié russe 19. Trente-neuf civils ont par ailleurs péri dans des raids de la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis, alors que deux autres ont été exécutés par le groupe Etat islamique. Les autres ont été tués par d'autres belligérants alors que le conflit implique de nombreux acteurs locaux et régionaux, selon l'OSDH.