Syrie : évacuations médicales en Ghouta orientale

À la Ghouta orientale, en Syrie, les bombardements auraient tué 1 100 civils depuis le 18 février, en dépit de la résolution de cessez-le-feu adoptée il y a deux semaines par le Conseil de sécurité de l'ONU. Une centaine d'habitants ont pu être évacués aujourd'hui.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le bruit des bombardements déchire le silence de la Ghouta orientale. Des obus qui s'abattent sur des bâtiments déjà largement éventrés. À Douma, à quelques kilomètres seulement de Damas, les habitants ne s'aventurent dehors que lors des accalmies. Ils vivent la plupart du temps dans des caves. En sortir, c'est risquer sa vie. Les forces syriennes, aidées par les Russes, avancent vite. Le bastion des rebelles se réduit de jour en jour. Aujourd'hui, ils ne tiennent guère plus de 40% du territoire de la Ghouta, à la périphérie de Damas.

350 000 morts depuis le début du conflit

À Douma, désormais encerclée, les ambulances du Croissant-Rouge ont pu évacuer plus d'une centaine de civils. Des blessés, mais aussi de nombreux enfants. En trois semaines, l'offensive a fait plus de 1 000 morts parmi les civils, alors ceux qui ont réussi à sortir ont l'impression d'avoir échappé au pire. Dans deux jours, le conflit syrien entrera dans sa huitième année, avec un effroyable bilan : plus de 350 000 morts.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme portant secours à un blessé, touché par une attaque au gaz chimique dans un hôpital de la Ghouta orientale, le 8 mars 2018.
Un homme portant secours à un blessé, touché par une attaque au gaz chimique dans un hôpital de la Ghouta orientale, le 8 mars 2018. (MOHAMMAD AL SHAMI / ANADOLU AGENCY)