Syrie : du "chlore a été utilisé" contre la population de la Ghouta orientale

Ziad Alissa, le président de l'UOSSM, a affirmé lundi sur franceinfo, sur la foi de témoignages de médecins, que 18 personnes hospitalisées dimanche présentaient des blessures qui laissaient penser que du chlore a été utilisé lors de bombardements dimanche dans la Ghouta orientale.

Des Syriens reçoivent des soins après une suspicion d\'attaque chimique dans la Ghouta orientale, dimanche 25 février.
Des Syriens reçoivent des soins après une suspicion d'attaque chimique dans la Ghouta orientale, dimanche 25 février. (HAMZA AL-AJWEH / AFP)

Le président de l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), Ziad Alissa, affirme lundi 26 février que du "chlore a été utilisé" par le régime de Bachar al-Assad dimanche contre la population de la Ghouta orientale, une enclave rebelle près de Damas, en Syrie.

"Ce sont les médecins qui travaillent là-bas qui ont décrit cela, assure-t-il. Suite à des bombardements, 18 personnes ont été amenées à l'hôpital, avec des signes respiratoires, des difficultés à respirer. Un enfant était décédé", a rapporté l'anesthésiste-réanimateur.

"Ce n'est pas la première fois que le chlore a été utilisé, c'est la quatrième fois en 2018", a affirmé Ziad Alissa. "À l'UOSSM, on a formé les équipes là-bas à soigner les blessés suite à des bombardements avec des armes chimiques, et les symptômes correspondent à ceux provoqués par le chlore", a-t-il poursuivi.

Les bombardements du régime syrien, qui ont fait plus de 500 morts la semaine dernière, se sont poursuivis dimanche malgré une résolution de l'ONU réclamant une trêve "sans délai".