Cet article date de plus de huit ans.

Syrie : Obama reconnaît que des armes chimiques ont été utilisées par Assad

Pour Washington, le régime syrien a "clairement franchi une ligne rouge" en utilisant des armes chimiques contre les rebelles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain, Barack Obama, le 1er mai 2013 à Washington (Etats-Unis). (SAUL LOEB / AFP)

Malgré les affirmations du gouvernement français après une enquête du journal Le Monde, Barack Obama avait fait savoir, début juin, que son pays attendait davantage de preuves avant de reconnaître que des armes chimiques avaient bien été utilisées en Syrie. Quelques jours plus tard, une nouvelle étape est franchie : les Etats-Unis reconnaissent désormais que du gaz sarin a effectivement été utilisé par le régime de Bachar Al-Assad contre les rebelles syriens, a affirmé la Maison Blanche, jeudi 13 juin. "En utilisant des armes chimiques, la Syrie a clairement franchi la ligne rouge", a ajouté Washington dans un communiqué, précisant que les Etats-Unis allaient fournir "un soutien militaire" aux rebelles, sans toutefois aller jusqu'à parler de livraisons d'armes.

Selon les Etats-Unis, 100 à 150 personnes ont été tuées par des armes chimiques en Syrie. Le fait que des armes chimiques aient bel et bien été utilisées "change" l'équation pour Barack Obama.

Plus de 93 000 morts depuis le début de la guerre

"Nous devons augmenter le faisceau des preuves en notre possession avant de prendre une décision", avait déclaré le 4 juin le porte-parole de la Maison BlancheJay Carney, alors que le président américain avait affirmé dans le passé que le recours à des armes chimiques changerait la "règle du jeu" en Syrie.

Plus de 93 000 personnes, dont au moins 6 500 enfants, ont été tuées depuis le début de la guerre civile en Syrie en mars 2011, selon un dernier bilan de l'ONU, publié jeudi 13 juin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.