Les armes chimiques, "une excuse" américaine pour intervenir en Syrie ?

La Chine critique sévèrement Barack Obama, qui a prévenu que l'utilisation d'armes chimiques contre les insurgés pousserait les Etats-Unis à envoyer des troupes en Syrie.

Des Syriens marchent sur les ruines de leur maison à Azaz, dans le nord du pays, le 19 août 2012.
Des Syriens marchent sur les ruines de leur maison à Azaz, dans le nord du pays, le 19 août 2012. (PHIL MOORE / AFP)

SYRIE - Proche de Damas, le pouvoir chinois a très peu apprécié les déclarations du président américain Barack Obama, qui a prévenu lundi son homologue syrien Bachar Al-Assad que l'utilisation d'armes chimiques contre les insurgés constitueraient une "ligne rouge" qui pourrait déclencher une intervention militaire des Etats-Unis.

"Une fois de plus", après le "prétexte" des armes de destruction massive en Irak en 2003 et celui de la protection des populations civiles en Libye en 2011, "les puissances occidentales se cherchent des excuses pour intervenir militairement" en Syrie, a commenté mercredi 22 août l'agence de presse officielle Xinhua. Pour elle, les déclarations de Barack Obama sont "irresponsables", et ne sauraient qu'"aggraver la situation", "ternissant les perspectives d'une sortie de crise par des moyens politiques"

Damas a reconnu l'existence d'un arsenal chimique

Le ministère syrien des Affaires étrangères a reconnu implicitement en juillet l'existence d'un arsenal chimique, provoquant l'inquiétude de la communauté internationale, notamment Israël qui craint que ces armes ne tombent entre les mains des chiites libanais du Hezbollah. "Jusqu'ici, je n'ai pas donné l'ordre d'intervenir militairement" en Syrie, a souligné lundi Barack Obama. Mais "si nous commencions à voir des quantités d'armes chimiques déplacées ou utilisées, cela changerait mon calcul et mon équation", a-t-il prévenu.