La Ligue arabe suspend la Syrie

Ses dirigeants appellent les ambassadeurs arabes à quitter la Syrie, où 3500 personnes ont péri selon l'ONU depuis le début de la contestation mi-mars.

Des manifestants protestent au Caire contre le régime de Bachar Al-Assad, le 12 novembre 2011.
Des manifestants protestent au Caire contre le régime de Bachar Al-Assad, le 12 novembre 2011. (KHALED DESOUKI / AFP PHOTO)

La Ligue arabe hausse le ton contre Damas. Ses dirigeants ont décidé de suspendre la Syrie, samedi 12 novembre, et ont appelé les ambassadeurs arabes à quitter le pays. Dans une déclaration lue à l'issue d'une réunion au Caire, la Ligue a également appelé à des "sanctions économiques et politiques contre le pouvoir syrien". Une annonce qui intervient alors que l'ONU estime à 3500 le nombre de personnes qui ont péri depuis le début du mouvement de contestation mi-mars.

Dix-huit des 22 membres de la Ligue ont voté en faveur d'un appel à tous les courants de l'opposition syrienne à "se mettre d'accord sur un projet unique pour la gestion de la transition prochaine en Syrie", a indiqué Hamad ben Jassem al-Thani, qui a présidé samedi la réunion au Caire. Il a précisé que l'institution panarabe souhaitait rencontrer tous les courants de cette opposition sous trois jours au Caire pour parler de ce projet.

Le plan de sortie de crise pas respecté par Damas

La Ligue arabe, qui compte vingt-deux Etats membres et jouit du statut d'observateur auprès de l'ONU, reproche à Damas de ne pas avoir respecté ses engagements. Elle avait obtenu, le 2 novembre, l'accord de Damas sur un plan de sortie de crise. Le gouvernement syrien s'était engagé à évacuer ses forces des villes, à libérer les prisonniers politiques et à engager des pourparlers avec l'opposition. Mais depuis, la répression s'est encore accentuée dans certaines villes du pays.D'après des ONG, au moins seize civils ont notamment été tués ces derniers jours par les forces de sécurité à Homs, l'un des bastions de la contestation.

Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, l'exclusion syrienne de la Ligue arabe ne pourrait être que temporaire, et s'appliquer juqu'à ce que le pays applique le plan de paix négocié début novembre.

La Syrie dénonce une décision "illégale"

Cette décision est "illégale et contraire au traité" de l'organisation panarabe, a aussitôt répliqué l'ambassadeur syrien auprès de la Ligue arabe Youssef Ahmad, dans des déclarations citées par les médias syriens.

C'est une décision qui "met fin à l'action arabe commune et prouve que l'administration de la Ligue suit un programme édicté par les Américains et les Occidentaux", a martelé Youssef Ahmad.