Cet article date de plus de huit ans.

Intervention en Syrie : les parlementaires reçus lundi à Matignon

L'annonce intervient alors que François Hollande subit depuis samedi la pression de l'opposition pour qu'un vote soit organisé au Parlement. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur le perron de l'Elysée, à Paris, le 30 août 2013.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

L'excutif tente de calmer le jeu. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recevra lundi 2 septembre à 17 heures à Matignon les principaux responsables parlementaires pour les informer de la situation en Syrie. Cette annonce intervient alors que François Hollande subit depuis samedi la pression de l'opposition pour qu'un vote soit organisé au Parlement sur la perspective d'une action militaire de la France contre le régime de Bachar al-Assad.

Une session extraordinaire du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) consacrée à la crise syrienne doit se tenir mercredi 4 septembre, avec au programme une déclaration du Premier ministre Jean-Marc Ayrault suivie d'un débat... Mais en principe pas d'un vote, même si juridiquement rien ne l'empêche. 

Appelés personnellement par Ayrault

François Hollande semble isolé dans le dossier syrien après la décision surprise de Barack Obama de consulter le Congrès américain avant de lancer des frappes aériennes. Le président américain s'est toutefois dit toujours déterminé, comme François Hollande, à "punir" ce régime, tenu pour responsable de l'attaque chimique meurtrière du 21 août.

"Nous allons avoir dès lundi des informations (...) sur la réalité des armes chimiques", a expliqué sur i-Télé Elisabeth Guigou, qui comptera parmi les personnalités reçues par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en tant que présidente (PS) de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Seront reçus, en présence des ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Jean-Yves Le Drian (Défense), les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Jean-Pierre Bel et Claude Bartolone, ainsi que les présidents des commissions de la Défense et des Affaires étrangères des deux chambres et tous les chefs des groupes politiques (majorité et opposition) de l'Assemblée et du Sénat. Jean-Marc Ayrault a prévenu personnellement par téléphone toutes ces personnalités reçues.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.