Syrie : "Il y a un risque d'une nouvelle utilisation de l'arme chimique", estime Jean-Yves le Drian

"Il y a une grande urgence sur Iblid" a alerté le ministre des Affaires étrangères, invité de France Inter-franceinfo-Le Monde, alors que l'armée syrienne mène une offensive sur la ville du nord-ouest de la Syrie.

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, invité de France Inter-franceinfo-Le Monde le dimanche 2 septembre.
Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, invité de France Inter-franceinfo-Le Monde le dimanche 2 septembre. (RADIO FRANCE)

Alors que l'armée syrienne mène une offensive dans la région d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, et que l'ONU s'inquiète d'une situation "alarmante", le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian estime, dimanche 2 septembre sur France Inter-franceinfo-Le Monde, qu'"il y a un risque de l'utilisation à nouveau de l'arme chimique" par le régime de Bachar al-Assad. "Ce n'est pas avéré mais cela peut être une tentation. Et quand je vois dans les déclarations des uns et des autres, les propos qui sont tenus sur une telle hypothèse, je dis que le risque existe de nouveau", affirme Jean-Yves Le Drian.

"Il y a déjà eu un précédent et s'il y a utilisation de l'arme chimique avérée et à usage létal, la réponse sera la même que la fois précédente" de la part de la France, poursuit le ministre qui promet que "la France continuera à jouer ce jeu-là qui est le jeu de sa responsabilité" car "il y a une grande urgence sur Iblid".

Interrogé sur les possibles conséquences en France et une recrudescence des risques d'attentats en Europe, Jean-Yves Le Drian répond : "Peut-être pas en Europe. Il y a aussi dans les groupes terroristes, et la Russie le sait, beaucoup d'acteurs qui viennent d'Asie centrale".