DIRECT. Syrie : le Conseil de sécurité de l'ONU vote à l'unanimité l'envoi d'observateurs à Alep

Plus de 5 000 personnes ont pu quitter lundi le secteur rebelle assiégé d'Alep avant le vote de cette résolution de l'ONU qui pourrait permettre de superviser ces évacuations. 

Un bus destiné à évacuer des civils traverse un quartier du sud d\'Alep contrôlé par le gouvernement, le 18 décembre 2016.
Un bus destiné à évacuer des civils traverse un quartier du sud d'Alep contrôlé par le gouvernement, le 18 décembre 2016. (GEORGE OURFALIAN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est prononcé à l'unanimité, lundi 19 décembre, sur un nouveau projet de résolution visant à garantir le bon déroulement des évacuations des civils et rebelles des quartiers est d'Alep. Plus de 5 000 personnes ont pu quitter Alep-Est, lundi, dans une nouvelle opération d'évacuation des habitants de cette zone rebelle assiégée par le régime, a indiqué à l'AFP un responsable médical.

Au moins 7 000 personnes à évacuer. Au total, depuis le début jeudi des évacuations du réduit rebelle dans cette deuxième ville de Syrie, au moins 14 000, dont 4 000 insurgés, ont pu quitter le secteur à bord de bus en direction d'autres zones rebelles dans le nord du pays, d'après les estimations de l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Il reste au moins 7 000 personnes dans la poche rebelle Alep-Est, secteur totalement ravagé par quatre ans de guerre entre insurgés et régime de Bachar Al-Assad qui l'a finalement reconquis quasi-totalement après une violente offensive d'un mois depuis le 15 novembre.

Un compromis a été trouvé. A l'issue de longues consultations à huis clos dimanche à New York, les 15 membres du Conseil de sécurité sont parvenus à un compromis pour amender un texte présenté par la France et menacé de veto par la Russie. L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a estimé qu'il s'agissait "d'un bon texte" et précisé que le vote aurait lieu à 9 heures locales (15 heures à Paris). L'ambassadrice américaine Samantha Power s'attendait à un "vote unanime".

L'ONU devrait déployer du personnel supplémentaire. Selon la dernière mouture du projet, obtenue par l'AFP, il "demande à l'ONU et à d'autres institutions pertinentes de superviser de manière adéquate et neutre et de surveiller directement les évacuations des quartiers est d'Alep". Les Nations unies devront pour cela "déployer du personnel supplémentaire". Si elle est adoptée lundi, la résolution devrait permettre d'organiser "une évacuation dans la dignité et la sécurité, un accès humanitaire et de mettre réellement l'accent sur la protection" des civils.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

15h59 : "Après tant de manœuvres dilatoires et d'obstruction, cette résolution doit enfin permettre le plein respect du droit international humanitaire en Syrie"

François Hollande a salué l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution, proposée par la France, qui prévoit l'envoi d'observateurs onusiens à Alep pour superviser les évacuations. Pour le président de la République, cet accord doit "ouvrir la voie au cessez-le-feu et à la négociation de la solution politique qui sont tant attendus par le peuple syrien et l'ensemble de la communauté internationale."

15h26 : C'est le premier signe d'unité depuis des mois entre les grandes puissances mondiales. Le Conseil de sécurité a décidé à l'unanimité, y compris la Russie qui soutient le régime de Bachar al-Assad, de déployer des observateurs onusiens à Alep pour y superviser les évacuations et évaluer la situation des civils.

15h11 : Le Conseil de sécurité de l'ONU vote à l'unanimité l'envoi d'observateurs à Alep.

14h59 : Bana Al-Abed a quitté Alep. La petite fille, devenue célèbre pour ses tweets de l'enfer quotidien d'Alep, a été évacuée de la ville syrienne avec sa famille. "Elle faisait partie du premier groupe qui a été évacué ce matin et qui se trouve à présent dans la région de Rashidin", dans la campagne d'Alep, précise un porte-parole de l'ONG humanitaire islamique turque IHH.

Bana Al-Abed, photographiée chez elle le 12 octobre 2016, à Alep-Est (Syrie).

(THAER MOHAMMED / AFP)

13h54 : 12 000 civils auraient quitté Alep-Est. "En incluant les 4 500 personnes parties depuis minuit, 12 000 civils ont évacué au total les zones sous le contrôle de l'opposition", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, sur Twitter.

11h35 : Plus de 3 000 personnes ont déjà pu quitter le secteur rebelle d'Alep assiégé par le régime syrien avant le vote attendu d'une résolution de l'ONU qui permettrait de superviser ces évacuations. Voici des photos prises ce matin à la sortie de la ville.



(AFP)

10h48 : Bana Alabed, une petite syrienne de 7 ans qui racontait sa vie quotidienne sous les bombes à Alep, a été évacuée de la ville assiégée. Elle trouvé refuge dans la campagne en périphérie de la ville.

07h52 : Un millier de personnes ont pu quitter ce matin Alep-Est, dans une nouvelle opération d'évacuation des habitants de ce quartier rebelle assiégé par le régime. Un bilan communiqué par des médecins sur place.

07h35 : Bonjour @Nathan ! Les 15 membres du Conseil de sécurité sont parvenus à un compromis dans la nuit pour amender un texte présenté par la France et menacé de veto par la Russie. Moscou s'opposait en effet au déploiement d'observateurs. Mais dans cette nouvelle mouture, du personnel supplémentaire de l'ONU est finalement autorisé à surveiller l'évacuation. Selon la dernière mouture du projet, il "demande à l'ONU et à d'autres institutions pertinentes de superviser de manière adéquate et neutre et de surveiller directement les évacuations des quartiers est d'Alep".

07h34 : Bonjour, pouvez-vous faire le point sur les résolutions onusiennes concernant la Syrie ? Je suis perdu... La Russie n'avait-elle pas annoncé opposer son véto à la résolution prévoyant le déploiement d'observateurs ?

10h03 : Malgré le report des évacuations, ils ont pu s'échapper de l'enfer d'Alep. 350 personnes ont pu quitter dans la soirée la ville martyre et sont arrivées près de Khan Al-Assal, en territoire rebelle à l'ouest de la deuxième ville de Syrie.