Cet article date de plus de quatre ans.

Syrie : une nouvelle attaque chimique ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Syrie : une nouvelle attaque chimique ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Sept ans de guerre, et l'horreur qui continue en Syrie, avec ces lourds soupçons d'attaque chimique à Douma, dans la Ghouta orientale. Selon plusieurs ONG, les hommes de Bachar al-Assad auraient attaqué les rebelles à l'aide de gaz toxiques. Une attaque condamnée par la communauté internationale.

Des enfants en état de choc, les yeux gonflés, le souffle court, traités en urgence. Ces images auraient été tournées samedi soir dans la ville assiégée de Douma par des activistes proches de la rébellion syrienne. Selon eux, une bombe chimique vient de s'abattre sur le quartier. À l'aide de jets d'eau, les secouristes tentent de débarasser les victimes des derniers résidus toxiques. "Je ne veux pas mourir", dit cet enfant. "Respire doucement", lui répond l'adulte qui le filme.

Le pouvoir syrien dénonce une mise en scène

Sur une autre vidéo, des ambulanciers pénètrent dans un immeuble et découvrent plusieurs cadavres dans les escaliers. Des civils foudroyés dans leur fuite. Il y aurait plusieurs dizaines de morts. Ces victimes ont-elle été touchées par une attaque au chlore, au gaz sarin ou par le souffle d'un bombardement conventionnel ? Ce dimanche soir, les versions de diverses ONG diffèrent sur ce point.

Aussitôt accusé par les rebelles, le pouvoir syrien et ses alliés russes et iraniens ont dénoncé une mise en scène destinée à ralentir l'avancée de l'armée syrienne à Douma. Depuis trois jours, les bombardements ont repris sur celle ville à l'est de Damas. Après une trêve et l'évacuation de dizaines de milliers de personnes, Bachar Al-Assad tente de mater une bonne fois pour toutes ce fief de l'insurrection. A-t-il pour cela une nouvelle fois eu recours à des armes interdites ? Ce soir l'Union Européenne affirme pouvoir le prouver, et réclame une réaction internationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.