Cet article date de plus de huit ans.

Pussy Riot : Nadejda Tolokonnikova transférée en Sibérie

Elle s'était dite menacée de mort dans son ancien camp ; Nadejda Tolokonnikova est en cours de transfert vers un camp de travail en Sibérie, annonce son mari. Qui parle d'une punition après la lettre publiée en septembre, dans laquelle elle dénonçait des conditions de détention proches de l'esclavage.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Sergei Karpukhin Reuters)

Nadejda Tolokonnikova va fêter ses 24 ans jeudi, "dans une cellule d'isolement quelque part dans la région de Krasnoïarsk" , raconte son mari. La Pussy Riot, dont on se demandait encore voici deux jours, où elle se trouvait, en en cours de transfert vers un camp de travail en Sibérie orientale, à 4.400 km de Moscou.

Le délégué russe pour les droits de l'Homme, Vladimir Loukine, assure que Nadejda Tolokonnikova est en bonne santé, et accompagnée d'un médecins pendant son transfert.

Menacée de mort

"C'est une punition pour le retentissement de sa lettre" , dénonce son mari, Piotr Verzilov. Une lettre publiée en septembre, dans laquelle elle s'était dite menacée de mort, et avait dénoncé ses conditions de détention d'alors, dans un camp de Mordovie, à 600 km à l'est de Moscou. Des conditions de détention proches de l'esclavage, écrivait-elle.

Nadejda Tolokonnikova purge une peine de deux ans de camp, pour avoir chanté début 2012 une "prière punk" contre Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.