Vidéo Projet Pegasus : "Je suis certain que la délégation parlementaire au renseignement va se saisir de ce dossier", affirme Gérard Larcher

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le consortium international de journalistes, dont Radio France fait partie, a révélé mardi que les téléphones d'Emmanuel Macron et de plusieurs hommes politiques français avaient été sélectionnés par le Maroc en vue d’une possible infection par le logiciel espion Pegasus.

"Je suis certain que la délégation parlementaire au renseignement va se saisir de ce dossier", a indiqué le président du Sénat Gérard Larcher, mercredi 21 juillet sur franceinfo, après les révélations de Forbidden Stories et de ses partenaires, dont la cellule investigation de Radio France, sur le logiciel espion Pegasus.

>> Pegasus : le gouvernement et toute la classe politique française dans le viseur du Maroc

"Il y a une délégation parlementaire au renseignement avec quatre députés, quatre sénateurs, explique le président du Sénat. Il se trouve que la présidence vient d'être confiée au président de la Commission des lois du Sénat. Et en toute indépendance, je suis certain que cette délégation parlementaire au renseignement va se saisir de ce dossier."

Le téléphone d'Emmanuel Macron parmi les cibles

Le consortium international de journalistes, dont la cellule d'investigation de Radio France fait partie, a révélé mardi que les téléphones d'Emmanuel Macron et de plusieurs hommes politiques français avaient été sélectionnés par le Maroc en vue d’une possible infection par le logiciel espion Pegasus. "Si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations", a réagi l'Élysée mardi.

"C'est un sujet très, très sérieux qu'il faut prendre en considération", ajoute Gérard Larcher. "Bien sûr, il faut attendre les résultats des vérifications en cours. C'est un sujet d'espionnage et ça dépend des services. C'est un sujet qui relève de la justice et, naturellement, des enquêtes conduites par le parquet", précise-t-il.

Le président du Sénat a expliqué qu'il n'utilisait pas de téléphone sécurisé sauf lors de ses déplacements à l'étranger : "J'ai sorti tout ce qui était les Telegram et autres pour m'en tenir à ce qui fait parfois sourire mon entourage à quelque chose de très basique", explique Gérard Larcher.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Projet Pegasus

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.