Yémen : un hôpital de Médecins sans Frontières touché par des frappes aériennes

Les installations ont été détruites et deux membres de l'équipe de MSF légèrement blessés, lundi soir.

Un avion de la coalition arabe dirigée par l\'Arabie saoudite, le 1er avril 2015.
Un avion de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, le 1er avril 2015. (WAM / AFP)

Un hôpital géré par Médecins sans Frontières (MSF) dans le nord du Yémen a été touché par des frappes aériennes de la coalition arabe, lundi 26 octobre, a annoncé l'ONG, mardi.

Médecins sans Frontières a indiqué que son hôpital à Saada, situé dans le district de Hidane, avait été touché à plusieurs reprises, lundi soir, alors que des patients et du personnel se trouvaient à l'intérieur. Les installations ont été détruites et deux membres de l'équipe de MSF légèrement blessés.

"Il s'agit d'un crime de guerre", selon MSF

"Par chance, la première frappe a touché le bloc opératoire alors qu'il était vide et que nos équipes s'affairaient dans la salle des urgences. Ils ont eu le temps de se mettre à l'abri avant qu'un autre missile ne touche l'aile de la maternité", a déclaré Hassan Boucenine, directeur de MSF au Yémen.

"C'était peut-être une erreur, mais le fait est qu'il s'agit d'un crime de guerre. Il n'y a aucune justification à viser un hôpital. Nous avons fourni (à la coalition) toutes nos coordonnées GPS il y a deux semaines environ", a-t-il ajouté. A New York, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a réclamé une "enquête rapide, efficace et impartiale" sur cette frappe afin d'établir les responsabilités.

Près de 40 centres de soins touchés depuis mars

La coalition arabe mise en place par Ryad mène, depuis le 26 mars dernier, des opérations aériennes contre les miliciens chiites Houthis, afin de rétablir au pouvoir le président Abd-Rabbou Mansour Hadi. Les Houthis contrôlent la capitale Sanaa depuis septembre 2014 et sont appuyés par des éléments de l'armée fidèles à l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh.

D'après l'Unicef, l'hôpital de Saada est le 39e centre de soins touché au Yémen depuis le déclenchement de l'offensive aérienne sous commandement saoudien. "Davantage d'enfants au Yémen pourraient bien mourir d'un manque de soins et de médicaments que sous les balles et sous les bombes", a déclaré son directeur, Anthony Lake.

C'est la deuxième fois depuis le début du mois qu'un hôpital de MSF est touché. Le 3 octobre, des installations de l'ONG à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, ont été bombardées par l'armée américaine, faisant 22 morts dont douze membres du personnel de l'ONG.