Yémen : les opérations de pompage d'un pétrolier délabré ont débuté en mer Rouge, pour éviter une marée noire

Le bateau, dont la coque est rouillée, contient quatre fois plus de pétrole que l'"Exxon Valdez", qui s'était échoué en 1989 au large de l'Alaska.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le "Safer", au large du Yémen, en mer Rouge, photographié le 15 juillet 2023. (MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Objectif : éviter une marée noire catastrophique. Les opérations de pompage pour transférer plus d'un million de barils de brut d'un pétrolier délabré au large du Yémen en guerre ont débuté, mardi 25 juillet, a annoncé l'ONU. Elles devraient durer environ trois semaines. "Les Nations unies ont entamé une opération pour désamorcer ce qui pourrait être la plus grande bombe à retardement au monde", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

"Une opération complexe est en cours en mer Rouge, au large des côtes du Yémen déchiré par la guerre, pour transférer un million de barils de pétrole de l'unité de stockage et de déchargement Safer vers un navire de remplacement", a-t-il ajouté.

Vieux de 47 ans, le Safer, transformé en terminal flottant de stockage et de déchargement (FSO), est amarré depuis les années 1980 au large du port stratégique de Hodeida, dans l'ouest du pays. Mais sa maintenance a été interrompue en 2015 avec la guerre qui a plongé le pays dans l'une des pires crises humanitaires au monde.

Une menace pour l'environnement

Le bateau, dont la coque est rouillée, contient quatre fois plus de pétrole que l'Exxon Valdez, qui s'est échoué en 1989 au large de l'Alaska : l'équivalent de 1,14 million de barils de brut. L'ONU espère que cette opération, pour laquelle il manque encore environ 20 millions de dollars sur une estimation totale de 143 millions, permettra d'éviter une catastrophe environnementale dont le nettoyage coûterait 20 milliards de dollars, selon la même source.

Une marée noire ferait des ravages sur la faune et la flore, les villages de pêcheurs et les ports essentiels du Yémen. Elle pourrait aussi perturber le trafic maritime international entre le détroit de Bab al-Mandeb et le canal de Suez, qui mène à la Méditerranée.

Depuis des années, l'équipage réduit de sept ou huit personnes restant sur le navire s'efforçait d'empêcher toute fuite ou explosion qui libérerait une nappe de pétrole dans la mer Rouge.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.