Yémen : la bombe qui a tué 51 personnes dans un bus vendue par les Etats-Unis

L'ancien président Barack Obama avait interdit la vente de bombes guidées à l'Arabie saoudite. Mais Donald Trump a levé cette interdiction après sa prise de fonction en 2017.

Des funérailles collectives après un raid aérien qui a fait 51 morts, le 13 août 2018.
Des funérailles collectives après un raid aérien qui a fait 51 morts, le 13 août 2018. (HANI AL-ANSI / DPA / AFP)

Quarante enfants sont morts, début août, dans un raid aérien dans le nord du Yémen attribué à la coalition menée par l'Arabie saoudite. La bombe larguée sur un bus et qui a tué au total 51 personnes, a été commercialisée par les Etats-Unis dans le cadre d'un accord entre le département d'Etat et l'Arabie Saoudite, révèle CNN (en anglais) samedi 18 août.

Des images montrant des chiffres sur des éclats d'obus, filmées peu après cette attaque jeudi 9 août à Saada, indiquent qu'il s'agissait d'une bombe Mark 82 (Mk 82) à guidage laser de précision, conçue par l'entreprise de défense américaine Lockheed Martin, a précisé vendredi la chaîne, citant des experts en armement.

L'ancien président Barack Obama avait interdit la vente de bombes guidées à l'Arabie saoudite après l'usage d'un type d'arme similaire dans un raid aérien qui avait fait 140 morts lors d'une cérémonie funéraire dans la capitale Sanaa, en octobre 2016. Mais Donald Trump a levé cette interdiction après sa prise de fonction en 2017.