Yémen : des dizaines de morts dans des combats entre rebelles et loyalistes

La bataille s'est intensifiée depuis le 8 févier avec la reprise de l'offensive des Houthis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un véhicule blindé des forces loyalistes au Yémen, le 11 février 2021. (AFP)

Des dizaines de combattants ont péri dans des affrontements nocturnes au Yémen, où les rebelles ont intensifié leurs attaques pour s'emparer de la ville de Marib, dernier bastion du pouvoir dans le nord du pays en guerre, ont indiqué dimanche 14 février des responsables. Les rebelles tentent depuis un an de s'emparer de cette ville riche en pétrole, située à environ 120 km à l'est de la capitale Sanaa, qu'ils contrôlent depuis 2014. La bataille s'est intensifiée depuis le 8 févier avec la reprise de l'offensive des Houthis.

Un succès des insurgés, soutenus politiquement par l'Iran, serait un coup dur pour le pouvoir yéménite, appuyé depuis 2015 par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Le royaume saoudien sunnite est le rival régional de l'Iran chiite, qui dément fournir des armes aux Houthis. Ces deux pays se livrent des guerres par procuration, comme au Yémen et en Syrie.

Multiples attaques contre Marib

Ces dernières 24 heures, les Houthis ont dépêché un grand nombre de combattants et lancé des attaques à partir de divers fronts contre Marib, ont indiqué à l'AFP des responsables des forces progouvernementales.

L'aviation de la coalition est intervenue en appui aux forces loyalistes au sol, ont-ils précisé. Seize membres des troupes progouvernementales ont été tués de même que "des dizaines" de rebelles, ont ajouté ces responsables. Les forces gouvernementales dans la ville ont appelé les tribus locales, qui sont armées, à leur venir en aide.

La recrudescence des violences à Marib, ainsi que la multiplication des attaques des rebelles contre le territoire saoudien, sont intervenues dans un contexte jugé apaisant en raison de la nouvelle politique américaine au Yémen sous l'administration de Joe Biden. Le président américain a décidé de mettre fin à son soutien à Ryad dans cette guerre et de retirer les Houthis de la liste des organisations terroristes pour ne pas entraver l'acheminement de l'aide humanitaire dans les territoires qu'ils contrôlent.

Les efforts américains en vue d'une solution au conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, selon des ONG, sont ainsi restés pour l'instant sans effet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.