Yémen : au moins 70 morts dans une frappe contre une prison tenue par les rebelles

L'attaque n'a pas été revendiquée mais les Houthis ont accusé la coalition militaire sous commandement saoudien intervenant depuis 2015 dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une prison de Saada, dans le nord du Yémen, a été la cible d'une frappe aérienne, le 21 janvier 2022. (ANSARULLAH MEDIA CENTER / AFP)

Un nouveau drame humain dans la guerre au Yémen. Au moins 70 personnes ont été tuées et 138 blessées, vendredi 21 janvier, dans une frappe aérienne contre une prison à Saada, fief des rebelles houthis, dans le nord du pays, selon l'ONG Médecins sans frontières.

Ce bilan ne concerne qu'un seul hôpital de Saada, "deux autres établissements ayant reçu de nombreux blessés". "Des recherches se poursuivent dans les décombres", a ajouté l'ONG. Il n'était pas possible de savoir dans l'immédiat qui étaient les détenus, ni combien ils étaient. Mais huit ONG, dont Action contre la Faim, Oxfam et Save the Children, ont assuré dans un communiqué commun que des migrants figureraient parmi les morts. Se disant "horrifiées", ces ONG ont dénoncé une "indifférence flagrante" pour la vie des civils.

Les Houthis accusent la coalition sous commandement saoudien

L'attaque n'a pas été revendiquée mais les Houthis ont accusé la coalition militaire sous commandement saoudien intervenant depuis 2015 au Yémen, qui contrôle l'espace aérien. Un peu plus tôt, la coalition avait revendiqué un raid contre la ville de Hodeida, dans l'ouest du pays, qui a coûté la vie à trois enfants.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné dans un communiqué "les frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre un centre de détention à Saada". "D'autres frappes aériennes ont été rapportées ailleurs au Yémen, avec aussi des morts et des blessés parmi les civils, dont des enfants", a-t-il aussi dénoncé, en réclamant "des enquêtes rapides, efficaces et transparentes" sur ces événements afin d'assurer que leurs auteurs rendent des comptes.

L'Arabie saoudite est à la tête de la coalition composée de pays musulmans, dont les Emirats arabes unis, qui soutient les forces gouvernementales yéménites face aux rebelles houthis, appuyés par l'Iran.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yémen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.