Un prince saoudien tué dans le crash d'un hélicoptère près du Yémen

Ce crash, survenu près de la frontière avec le Yémen, intervient au moment où la tension entre Riyad et les rebelles yéménites est maximale.

Un nuage de fumée s\'élève après une frappe aérienne sur Sanaa, dimanche 5 novembre au Yémen. L\'Arabie saoudite participe aux opérations dans ce pays contre les rebelles houthis.
Un nuage de fumée s'élève après une frappe aérienne sur Sanaa, dimanche 5 novembre au Yémen. L'Arabie saoudite participe aux opérations dans ce pays contre les rebelles houthis. (HANI AL-ANSI / DPA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un prince saoudien a été tué dimanche 5 novembre dans le crash d'un hélicoptère dans le sud de l'Arabie saoudite, près de la frontière du Yémen en guerre, a annoncé la TV d'Etat Al Ikhbariya.

"D'autres responsables" se trouvaient à bord de l'appareil, a ajouté la chaîne sur son compte Twitter sans évoquer leur sort. "Le prince Mansour ben Moqren, vice-gouverneur de la province d'Assir, est mort dans le crash." La chaîne n'a pas révélé les causes du crash ni l'identité des autres responsables. L'hélicoptère avait disparu au-dessus de la province d'Asir avant de s'écraser.

L'annonce de ce crash est intervenue au lendemain d'une purge sans précédent en Arabie saoudite, qui a vu l'arrestation pour corruption de dizaines de princes, ministres et hommes d'affaires et confirmé l'emprise croissante du jeune prince héritier, Mohammed ben Salmane.

Un contexte tendu entre Riyad et les rebelles yéménites

Depuis 2015, l'Arabie saoudite intervient militairement au Yémen pour aider le pouvoir face aux rebelles houthis qui contrôlent de vastes régions du pays dont la capitale Sanaa.

Samedi, l'Arabie saoudite a intercepté et détruit au nord-est de Riyad, près de l'aéroport international, un "missile balistique" qui provenait du Yémen, selon des responsables saoudiens. Les rebelles yéménites houthis, accusés d'être soutenus par l'Iran, ont revendiqué avoir tiré ce missile d'une distance d'environ 750 km. Il s'agit de la première attaque au missile balistique si proche de la capitale saoudienne.