Cet article date de plus de dix ans.

"Un soldat a été tué et cinq membres du comité de sécurité des jeunes ont été blessés", a précisé une source médicale.

Des affrontements ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Sanaa entre des unités rivales de l'armée yéménite, faisantun mort parmi les soldats ayant rallié le mouvement de contestation contre le président Ali Abdallah Saleh, ont indiqué des témoins et une source médicale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des militaires dissidents montent la garde lors des manifestants anti-régime à Sanaa, le 16 septembre 2011 (AFP PHOTO / GAMAL NOMAN)

Des affrontements ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Sanaa entre des unités rivales de l'armée yéménite, faisant
un mort parmi les soldats ayant rallié le mouvement de contestation contre le président Ali Abdallah Saleh, ont indiqué des témoins et une source médicale.

Les heurts, marqués par des tirs à la mitrailleuse, se sont produits à l'entrée est de la "place du Changement" à Sanaa, où des Yéménites réclamant le départ du pouvoir du président Saleh campent depuis février.

Les forces loyalistes ont ouvert le feu quand les protestataires, dont le nombre est en augmentation, ont essayé d'étendre leur sit-in, ont expliqué les témoins. Le comité de sécurité, soutenu par les forces du général Ahmar, qui protègent les manifestants depuis mars, a ensuite répondu.

"Des affrontements ont éclaté entre des soldats (loyaux au régime) de la 4e brigade et le comité de sécurité des jeunes (protestataires), soutenu par les troupes dissidentes de la 1ère division blindée" conduite par le général Ali Mohsen al-Ahmar, ont indiqué des témoins.

La tension est montée d'un cran ces derniers jours à Sanaa où les troupes du général Ahmar, qui contrôlent une partie de la capitale, ont accusé dimanche la Garde républicaine commandée par Ahmed, fils aîné du président Saleh, d'avoir bombardé leurs positions.

Malgré la contestation qui dure depuis fin janvier contre son régime, le président Saleh refuse de signer un plan proposé par les monarchies arabes du Golfe pour une transition pacifique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.