Cet article date de plus de dix ans.

Gaza : accord de cessez-le-feu entre les Palestiniens et Israël

Israël parle d'"entente", le Jihad islamique pose comme condition la fin des "agressions" israéliennes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats israéliens assistent au lancement d'un missile depuis Beer-Sheva le 12 mars 2012. (MENAHEM KAHANA / AFP PHOTO)

Après cinq jours de violences qui ont fait 25 morts, les mouvements palestiniens de la bande de Gaza et Israël ont convenu d'un cessez-le feu dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 mars.

FTVi / REUTERS

• Le cessez-le-feu est-il confirmé ?

Le ministre chargé de la Défense passive israélien confirme la trêve. "Il y a effectivement une entente et nous suivons ce qui se passe sur le terrain", affirme Matan Vilnaï à la radio publique sans donner de détails. Il souligne "qu'apparemment la tendance est à l'accalmie et le round d'affrontements que nous avons connu est derrière nous".

"Nous acceptons un cessez-le-feu si Israël accepte de l'appliquer en mettant fin à ses agressions et ses assassinats", réplique pour sa part le porte-parole du Jihad islamique, Daoud Shehab, s'exprimant depuis Gaza. 

• Comment a-t-il été négocié ?

Depuis plusieurs années, l'Egypte joue les médiateurs entre Israël et le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, comme le rappelle Le Figaro. Le mouvement islamiste était d'ailleurs engagé depuis plusieurs jours dans des contacts avec les services de renseignement égyptiens pour rétablir le calme

Sous couvert de l'anonymat, un responsable du renseignement égyptien a été le premier à annoncer cette trêve. "Un accord complet et réciproque pour terminer les hostilités actuelles entre les deux parties, y compris un arrêt des assassinats, est entré en vigueur à une heure du matin mardi", a-t-il déclaré, promettant que l'Egypte assurerait le suivi de la mise en œuvre de cet accord. 

• Pourquoi cette flambée de violences ? 

Ce nouveau cycle de violences a été déclenché, vendredi, par la liquidation, lors d'un raid israélien, de Zouheir al-Qaïssi, chef des Comités de résistance populaire, et d'un autre cadre de ce mouvement basé à Gaza et prônant la lutte armée contre Israël. Ils étaient accusés de préparer un attentat via le Sinaï.

En cinq jours, près de 150 projectiles palestiniens sont tombés sur Israël en représailles et plus de 50 autres ont été détruits en vol, selon l'armée israélienne.

REUTERS

Tsahal a riposté par une trentaine de raids sur la bande de Gaza. Au total, 25 Palestiniens, dont une majorité de membres de la branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, ont été tués et au moins 83 autres blessés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.