Y a-t-il vraiment 15% des Français qui soutiennent l'Etat islamique ?

Une étude publiée par la presse russe affirme qu'un Français sur sept a une opinion positive des jihadistes en Syrie et en Irak.

Un membre de l\'Etat islamique brandit un drapeau de l\'organisation, le 29 juin 2014 à Racca (Syrie).
Un membre de l'Etat islamique brandit un drapeau de l'organisation, le 29 juin 2014 à Racca (Syrie). (REUTERS)

Le chiffre est des plus effrayants. En pleine explosion du jihadisme en Irak et en Syrie, 15% des Français soutiendraient l'Etat islamique. C'est du moins ce qu'affirme le titre d'un article de Russia Today (en anglais), publié le 18 août. L'article s'appuie sur un sondage mené comparativement sur des Français, des Allemands et des Britanniques. Le groupe jihadiste séduirait nettement moins au Royaume-Uni (7%) et en Allemagne (2%). Mais peut-on vraiment se fier à cette étude ?

Plus d'un quart des jeunes Français favorables à l'Etat islamique

L'article de Russia Today se base en réalité sur une enquête réalisée le 14 août par l'agence d'information Rossia Segodnya. L'organe de presse, dont le nom signifie "la Russie aujourd'hui", a été crée en 2013 par Vladimir Poutine lui-même, dans le but d'en faire la "voix de la Russie" à l'étranger. Son directeur, Dmitri Kisselev, est un journaliste vedette en Russie, surtout connu pour être proche du Kremlin.

Pourtant, l'institut de sondage qui a mené l'enquête, ICM Research, est tout ce qu'il y a de plus sérieux. Britanniques, ils travaillent régulièrement pour le Guardian ou le Sunday Telegraph. Les sondeurs relèvent un fait encore plus inquiétant : 27 % des jeunes Français âgés de 18 à 24 ans auraient une opinion favorable du califat sunnite.

Graphique de Russia Today, montrant le pourcentage de sondés favorable à l\'Etat islamique par catégories d\'âge et par pays.
Graphique de Russia Today, montrant le pourcentage de sondés favorable à l'Etat islamique par catégories d'âge et par pays. (CAPTURE D'ECRAN RUSSIA TODAY / FRANCETV INFO)


Le site d'information américain Vox va encore plus loin, en comparant les résultats de l'étude à un autre sondage, mené auprès des habitants de Gaza. Même les Gazaouis seraient moins favorables à l'Etat islamique avec 13% d'opinion positive contre 16% en France.

Graphique de Vox, montrant le pourcentage de sondés favorable à l\'Etat islamique par pays.
Graphique de Vox, montrant le pourcentage de sondés favorable à l'Etat islamique par pays. (CAPTURE D'ECRAN VOX)

Doit-on croire cette étude ?

Les résultats affichés par la presse russe présentent quelques zones d'ombre qui méritent cependant d'être éclaircies. D'abord, la question posée aux sondées : "De ce que vous en savez, dites-nous si vous avez une opinion très favorable, assez favorable, assez défavorable, ou très défavorable à l'Etat islamique ?" Et ce n'est que 3% des Français qui se sont dits "très favorable" aux jihadistes. Pour sortir ce chiffre de 15%, la presse russe semble avoir additionné aux individus "très favorables" les 13% "assez favorables". (Et encore, dans ce cas, le chiffre aurait dû être de 16% et non de 15%.)

Or, les deux ne sont pas comparables, prévient le sondeur Denis Pingaud, ex-vice président d'OpinionWay, interrogé par L'Express. "Les 3% de personnes qui se disent 'très favorables' sont probablement très radicales, juge-t-il. Mais les 13% restants... Répondre qu'on est 'assez favorable' sur un sujet comme celui-ci, que plus de la moitié des Français ignore, c'est assez mou. Franchement, ça ne veut pas dire grand chose."

Autre élément douteux, aucun élément sur la méthodologie n'est expliqué dans la feuille de résultats mise en ligne par l'institut de sondage. On ne sait donc pas qui sont les personnes interrogées et si la méthode des quotas a été respectée. Interrogés par L'Express, les auteurs de l'enquête assurent que l'échantillon de sondés a bien été élaboré en fonction de l'âge, du genre et des régions françaises. Il concerne 1 001 Français, 1 006 Allemands et 1 000 Britanniques, interrogés entre le 11 et le 21 juillet 2014, par téléphone.

Enfin, la comparaison avec Gaza ne semble pas très pertinente, puisque les habitants de l'enclave palestinienne ont été interrogés par un autre institut de sondage : le Palestinian Center For Public Opinion. La méthode n'étant pas décrite et sans doute différente de celle d'ICM Research, il ne semble pas vraiment possible d'en tirer des conclusions franchement probantes.

Une étude relayée par l'extrême droite en France

Sur internet, le chiffre a été largement relayé par l'extrême droite. Notamment par le blog FdeSouche ou le site Nouvelles de France.

Le tweet du chroniqueur de Fdesouche a largement fait réagir. D'autres réactions ont cherché à montrer le côté " imprécis" de l'étude, laissant place à des débats houleux. Alors que 800 Français sont partis rejoindre les rangs des jihadistes selon le ministère de l'Intérieur, l'Etat islamique est devenu un sujet récurrent sur les réseaux frontistes et identitaires sur internet, aussi désignée comme la "fachosphère".