"On veut rentrer à la maison" : des femmes et enfants de jihadistes français ont trouvé refuge dans un camp en Syrie

Alors que la capitale autoproclamée du groupe Etat islamique est sur le point de tomber, les camps de réfugiés autour de Raqqa s'agrandissent avec des familles syriennes, mais aussi parfois françaises. 

Le camp d\'Aïn Issa est situé à 50 km au nord de Raqqa, le 23 septembre 2017.
Le camp d'Aïn Issa est situé à 50 km au nord de Raqqa, le 23 septembre 2017. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

Raqqa n'est plus qu'une ville en ruine. Elle a été totalement pulvérisée, après plus de quatre mois de combats acharnés. L'ancienne capitale autoproclamée, du groupe État islamique est aujourd'hui sur le point de tomber. Les combats se déroulent sur deux fronts : autour du stade et de l'hôpital national. La ville est minée à hauteur de 60 à 70% de sa surface. 

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Ce week-end, les Forces démocratiques syriennes parlaient d'une chute de Raqqa imminente, d'ici 24/48h. Mais avec le refus de Washington et de la coalition internationale de laisser partir les jihadistes étrangers, en direction de Deir Ez-Zor, une province voisine en partie contrôlée par Daesh, les combats sont toujours en cours. Ces combattants essayent de les déloger, mais cela va être extrêmement compliqué dans la mesure où ces jihadistes ne se rendront pas. On dit ici qu'il y a de très nombreux Français, des Européens, et qu'ils n'ont plus aucune chance de sortir vivants de Raqqa et qu'ils se battront jusqu'a la mort. 

"Oui, on est Français"

À 50 kilomètres de Raqqa, à Aïn Issa, se situe un camp de réfugié où se trouvent des familles françaises. Au mois de juin, le camp ne comptait qu'une dizaine de milliers de déplacés. Depuis, il y a des gens à perte de vue. Il y a une partie réservée aux familles étrangères. En juin, elles étaient une poignée : libanaise, maghrébine, du Daghestan. Et depuis, de très nombreuses mamans sont arrivées avec leurs enfants.

Sur place, on entend des enfants jouer en français. Ils ont entre 5 et 8 ans. Quand on leur demande s'ils parlent français, ils répondent "Oui, on est Français". Leurs mamans confient qu'elles arrivent de Raqqa, que leurs passeports ont été confisqués. "On n'a pas de téléphone, on veut rentrer à la maison", ont-elles déclaré, avant de reconnaître avoir fait "une erreur" en venant à Raqqa. Mardi 17 octobre sur France Inter, la ministre de la Justice Nicole Belloudet a expliqué qu'il y avait des "mesures extrêmement strictes" concernant les personnes de retour en France après avoir été sur un territoire de combat.

"On veut rentrer à la maison" : des femmes et enfants de jihadistes français ont trouvé refuge dans un camp en Syrie - Omar Ouahmane, envoyé spécial à Raqqa
--'--
--'--