Syrie : de nouvelles attaques du groupe terroriste Etat islamique font au moins 180 morts

A l'issue de combats, les forces du régime de Bachar Al-Assad ont repris trois villages, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Les jihadistes ont été forcés de reculer vers le désert", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Cette photo de l\'agence officielle Sana montre un membre des forces de sécurité syriennes à côté d\'un camion endommagé par un attentat-suicide dans la ville de Soueïda, le 25 juillet 2018.
Cette photo de l'agence officielle Sana montre un membre des forces de sécurité syriennes à côté d'un camion endommagé par un attentat-suicide dans la ville de Soueïda, le 25 juillet 2018. (SANA / AFP)

Au moins 183 personnes, dont 89 civils, ont été tuées dans une série d'attaques dans la province de Soueïda au sud de la Syrie, mercredi 25 juillet : un assaut contre plusieurs villages et plusieurs attentats revendiqués par le groupe terroriste Etat islamique. "C'est le bilan le plus lourd dans la province de Soueïda depuis le début du conflit", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui déplore aussi des dizaines de blessés. Un bilan qui ne cesse de s'alourdir après la découverte de "nombreuses dépouilles dans les villages" attaqués

Il s'agit de l'une des premières séries d'attaques de cette ampleur menées par l'EI depuis des mois dans le pays, où l'organisation jihadiste a essuyé de nombreux revers ces derniers mois. La province de Soueïda, notamment, est contrôlée totalement par le régime de Bachar al-Assad.

Contre-offensive du régime et de son allié russe

Selon les médias officiels syriens, les forces du régime ont lancé une contre-attaque pour repousser les jihadistes. Des raids aériens ont ciblé le groupe terroriste qui s'était emparé de trois villages dans la matinée, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme. A l'issue de combats, les forces du régime ont repris les trois villages, selon l'OSDH. "Les jihadistes ont été forcés de reculer vers le désert", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, qui a fait état de 38 morts parmi les combattants de l'EI, dont sept kamikazes. 

Ces attaques surviennent alors que le régime cherche à reprendre entièrement les provinces proches de Deraa et Qouneitra, qu'il contrôle à plus de 90%. Dans le sud-ouest de la province de Deraa, un groupe lié à l'EI qui contrôle un petit territoire est la cible depuis plusieurs jours de raids aériens intenses du régime et de son allié russe. Pour l'agence officielle syrienne Sana, les attaques à Soueïda "visent à alléger la pression militaire" du régime contre les derniers jihadistes "qui seront anéantis à Deraa"

"Ce nouvel acte criminel de l'EI confirme la nécessité d'une coordination des efforts de la communauté internationale pour éradiquer ce mal universel sur le sol syrien", a réagi de son côté le ministère des Affaires étrangères russe.