Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Syrie : entre radicales et ultra-radicales, les femmes de combattants de l'EI se déchirent dans le camp de déplacés de Al-Hol

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Syrie : Daech reconstitué derrière les barbelés
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Environ 70 000 personnes vivent dans ce camp, dont un grand nombre de femmes et d'enfants qui appartenaient à l'Etat islamique, et ont fui l'offensive contre la dernière enclave du groupe.

A Al-Hol, au nord-est de la Syrie, 70 000 déplacés s'entassent dans des conditions sanitaires préoccupantes, qui ont poussé la France à lui allouer un million d'euros d'aide humanitaire, lundi 1er avril. Mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle il est au bord de l'explosion. En effet, ce camp accueille de nombreuses femmes et leurs enfants qui appartenaient au groupe Etat islamique. Et des conflits opposent des jihadistes plus ou moins radicales qu'elles.

"Il y a des extrémistes, encore plus extrémistes que nous", explique une jihadiste francophone du camp à une équipe de France 2 sur place. "Il y a en a même une, on a mis le feu à sa tente, et son fils est mort brûlé", raconte-t-elle. "On n'est pas des musulmans pour eux. On est devenus mécréants à leurs yeux", explique une autre Française.

Plus de 9 000 femmes et enfants étrangers - dont des dizaines de Français - s'entassent sous haute surveillance dans une enclave du camp qui leur est réservée, séparée du reste du camp par une clôture grillagée, car ils sont étroitement associés à l'EI.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.