Syrie : 53 civils tués par des raids aériens russes

Les raids aériens, menés dimanche à l'aube, ont frappé "des bâtiments résidentiels" dans un village tenu par l'Etat islamique, dans la province de Deir Ezzor.

Un Tupolev de l\'armée russe vise des objectifs dans la province de Deir Ezzor, en Syrie, le 26 novembre 2017.
Un Tupolev de l'armée russe vise des objectifs dans la province de Deir Ezzor, en Syrie, le 26 novembre 2017. (MINISTRY OF DEFENCE OF THE RUSSIAN FEDERATION / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au moins 53 civils, dont 21 enfants, ont été tués en Syrie, dimanche 26 novembre, par des frappes de l'aviation russe sur un village tenu par le groupe Etat islamique (EI) dans l'est du pays, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les raids aériens, menés à l'aube, ont frappé "des bâtiments résidentiels" dans le village d'Al-Chafah, sur la rive est du fleuve Euphrate, dans la province de Deir Ezzor, a déclaré l'OSDH, une ONG basée au Royaume-Uni et qui dispose d'un réseau d'un important réseau de sources d'information en Syrie.

L'OSDH avait donné dans un premier temps un bilan de 34 civils tués, dont 15 enfants. "Le bilan s'est accru après le déblaiement des débris au cours d'une longue journée d'opération de secours", a déclaré à l'AFP dans la soirée le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Ces raids aériens ont également fait 18 blessés.

La province de Deir Ezzor, refuge des jihadistes

La Russie, alliée du président syrien Bachar Al-Assad, mène depuis septembre 2015 une opération militaire en Syrie qui a permis aux forces gouvernementales de reprendre progressivement du terrain aux groupes rebelles et aux jihadistes. L'aviation russe effectue des raids pour aider les forces de Damas à reprendre aux jihadistes les derniers territoires qu'ils contrôlent.

La province de Deir Ezzor, dans l'est, est une des dernières régions de Syrie où les jihadistes de l'EI tiennent encore des territoires. Auparavant, ils ont été chassés de leurs principaux bastions syriens, dont la ville de Raqa, dont ils avaient fait la capitale de leur émirat autoproclamé. Cette province voisine de l'Irak et riche en pétrole a été à un moment presque entièrement tenue par l'EI, mais les jihadistes n'en contrôlent plus actuellement que 9%, selon l'OSDH.

Les combattants de l'EI sont confrontés depuis plusieurs mois dans cette province à deux offensives distinctes, celle du gouvernement et celle d'une alliance arabo-kurde soutenue par Washington. Les forces gouvernementales ont récemment réussi à reprendre à l'EI son dernier fief urbain en Syrie, la localité de Boukamal, près de la frontière. Depuis plusieurs mois, des dizaines de civils ont été tués dans des frappes aériennes menées en appui à ces deux offensives.