Mossoul : une bataille très longue et très difficile

En Irak, François Hollande a laissé entendre que Mossoul pourrait tomber d'ici l'été. Après une pause, les opérations de reprise de la ville aux mains de Daech ont recommencé il y a quelques jours.

FRANCE 3

C'est la nouvelle arme dans la bataille de Mossoul, des drones, fournis par les Américains aux soldats de l'armée irakienne. Daech en avait déjà, désormais, eux aussi. Un matériel technologique indispensable pour débusquer un ennemi qui oppose une forte résistance dans les rues de la ville. Depuis un mois, les combats piétinent. L'offensive a même quasiment été stoppée ces derniers jours.

Des pièges partout

Trop de pertes dans les rangs de l'armée irakienne, un quart des troupes engagées, donc il a fallu acheminer des renforts. Au total, 100 000 soldats participent aujourd'hui à une bataille de rue, où les pièges sont partout. Deux combattants de Daech, qui portaient des ceintures d'explosifs, viennent d'être abattus. L'autre obstacle, c'est la présence nombreuse de la population civile. Les habitants ont préféré rester chez eux au lieu de fuir. Depuis le 17 octobre, seulement un quart de la ville a été repris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soldat des forces anti-terroristes irakiennes, le 24 novembre 2016
Un soldat des forces anti-terroristes irakiennes, le 24 novembre 2016 (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)