Lafarge en Syrie : plusieurs cadres du cimentier convoqués par les enquêteurs ce mercredi

Selon France Inter, plusieurs cadres du cimentier sont convoqués par les enquêteurs du SNDJ (douane judiciaire). Ils risquent une mise en examen pour financement du terrorisme et mise en danger d'autrui.

La cimenterie Lafarge située au nord de la Syrie, le 27 février 2017.
La cimenterie Lafarge située au nord de la Syrie, le 27 février 2017. (DANIEL RIFFET / PHOTONONSTOP)

Plusieurs cadres du groupe Lafarge sont convoqués mercredi 29 novembre par les enquêteurs du Service national de douane judiciaire (SNDJ) pour s'expliquer sur les activités du cimentier en Syrie, révèle France Inter. Entendus sous le régime de la garde à vue, ils risquent une mise en examen pour financement du terrorisme et mise en danger d'autrui.

Soupçons de financement du terrorisme

Le 14 novembre dernier, des perquisitions avaient eu lieu au siège de Lafarge à Paris, ainsi que chez des cadres du groupe. La filiale syrienne du leader mondial des matériaux de construction est soupçonnée d'avoir versé de l'argent à des organisations terroristes comme Daesh entre 2012 et 2014.

Depuis juin 2017, trois juges enquêtent sur des soupçons de financement du terrorisme et sur une possible mise en danger de la vie d'autrui des salariés.

Parmi les cadres concernés, seuls trois ont jusqu'ici reconnu des arrangements en Syrie, selon France Inter. L'ancien PDG de Lafarge, Bruno Lafont, affirme de son côté n'avoir été au courant de rien.