Cet article date de plus de huit ans.

Dans une vidéo, l'Etat islamique revendique l'exécution de chrétiens en Libye

Le groupe jihadiste lance de nouvelles menaces à leur encontre. La vidéo montre l'exécution de 28 hommes présentés comme des fidèles de "l'Eglise éthiopienne ennemie". 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Capture d'écran d'une vidéo diffusée par les jihadistes de l'Etat islamique, le 19 avril 2015, et montrant l'exécution de 28 hommes. (  REUTERS)

Se soumettre ou mourir. Le groupe Etat islamique (EI) a de nouveau diffusé, dimanche 19 avril sur des sites jihadistes, une nouvelle vidéo menaçant les chrétiens d'Orient et d'Afrique s'ils ne se convertissent pas à l'islam. Les images montrent l'exécution d'au moins 28 hommes, présentés comme des "fidèles" de "l'Eglise éthiopienne ennemie".

L'enregistrement de 29 minutes porte le logo de l'EI et sa mise en scène présente des similarités avec la précédente vidéo sur la décapitation des 21 coptes, pour la plupart Egyptiens, publiée il y a deux mois. Un premier groupe de 12 hommes, vêtus de combinaisons oranges, sont amenés sur la plage avant d'être couchés au sol et décapités. Les 16 autres victimes sont elles tuées par balles à bout portant dans une zone désertique indéterminée.

L'Ethiopie condamne fermement "de telles atrocités"

Un homme habillé en noir s'exprime en anglais alors que les autres bourreaux, un derrière chaque prisonnier, sont intégralement vêtus de treillis militaires et silencieux. Tous sont masqués. Avant les exécutions, la vidéo montre des hommes présentés comme des chrétiens de Syrie expliquant que les jihadistes leur ont donné le choix de se convertir ou de payer. Ils indiquent avoir choisi de donner de l'argent.

C'est la première fois que l'EI cible des ressortissants de l'Ethiopie, un pays situé au sud-est de la Libye et séparé par le Soudan. Addis Abeba a "condamné fermement de telles atrocités, qu'elles concernent des Éthiopiens ou d'autres" nationalités, par la voix du ministre de la Communication. L'ambassade d'Éthiopie en Egypte tentait d'obtenir la confirmation de la nationalité éthiopienne des victimes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.