Cet article date de plus de cinq ans.

Des chars turcs sont entrés en Syrie, ouvrant un nouveau front dans le nord du pays

Au moins 20 chars, cinq blindés de transport de troupes, des camions et autres véhicules blindés ont franchi la frontière, a précisé l'agence privée Dogan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un char de l'armée turque à la frontière avec la Syrie, samedi 3 septembre 2016.  (BULENT KILIC / AFP)

L'opération la plus ambitieuse menée par Ankara en Syrie depuis le déclenchement du conflit qui a fait plus de 290 000 morts depuis cinq ans, passe à une nouvelle étape. Samedi 3 septembre, une vingtaine de chars turcs sont entrés dans le village d'Al-Rai dans le nord de la Syrie pour combattre des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), annoncent des médias d'Etat turcs.

Ankara ouvre ainsi un nouveau front, après le début de son opération "Bouclier de l'Euphrate", lancée le 24 août pour combattre à la fois le groupe jihadiste et les milices kurdes.

Les rebelles progressent face aux jihadistes

Les chars sont entrés dans le village depuis la ville frontalière turque de Kilis pour soutenir militairement des rebelles de l'opposition syrienne, après avoir chassé les jihadistes de plusieurs villages de la région depuis le début de l'opération, a précisé l'agence de presse progouvernementale Anatolie. Pendant cette nouvelle opération terrestre, des cibles de l'EI étaient également visées par des tirs d'obus, selon l'agence Dogan.

Au cours des derniers jours, les rebelles ont progressé rapidement, reprenant à l'EI plusieurs zones frontalières, avec le soutien de l'artillerie turque et des frappes aériennes de la coalition internationales dirigée par les Etats-Unis.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les rebelles soutenus par Ankara ont également repris samedi trois villages près de la frontière, deux sur le front de Jarablous, ville reprise le 24 août et un sur le front d'Al-Rai. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.