Nucléaire iranien : il y a une "urgence critique à conclure les négociations cette semaine", affirme Paris

L'enjeu est de faire revenir dans l'accord les Etats-Unis, qui s'étaient retirés en 2018 en rétablissant des sanctions contre l'Iran.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président iranien, Ebrahim Raisi, le 11 février 2022 à Téhéran. (IRANIAN PRESIDENCY / HANDOUT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Maintenant ou jamais. Il y a une "urgence critique" à ce que les négociateurs réunis à Vienne sur le dossier du nucléaire iranien arrivent à un accord "cette semaine", a estimé lundi 28 février le ministère français des Affaires étrangères. Le négociateur en chef de l'Iran, Ali Baghéri, est revenu dimanche à Vienne pour poursuivre les négociations avec les grandes puissances sur le dossier nucléaire iranien.

Ces derniers jours, des négociateurs ont fait état d'avancées dans les pourparlers de Vienne visant à sauver l'accord nucléaire conclu en 2015 entre l'Iran, les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l'Allemagne. L'enjeu est de faire revenir dans l'accord les Etats-Unis, qui s'étaient retirés en 2018 en rétablissant des sanctions contre l'Iran. Téhéran avait, en réaction, rompu ses engagements liés à ses activités nucléaires sensibles.

L'accord de 2015 avait permis jusqu'au retrait américain la levée de sanctions économiques internationales contre la République islamique. Elle a en échange respecté les restrictions liées à son programme nucléaire, censées l'empêcher de se doter de la bombe atomique, intention qu'elle a toujours niée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire iranien

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.