Cet article date de plus de neuf ans.

Manifestations en continu depuis deux jours à Bahreïn

Le vent de contestation qui a eu raison des régimes tunisien et égyptien, gagne le Bahreïn, ce petit royaume du Golfe. Les manifestations depuis deux jours rassemblent des Chiites, majoritaires dans la population, qui s'opposent à la famille régnante de confession sunnite. _ Ces "jours de colère" ont déjà fait deux morts. Cette nuit, certains manifestants ont campé dans le centre de Manama, la capitale.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Des libertés politiques, des réformes, et la fin des discriminations de la part des sunnites dans l'accès au logement, aux soins et aux emplois dans la fonction publique : voilà un aperçu des revendications de ces sujets de Bahreïn qui manifestent par milliers depuis deux jours à Manama, autour de la place centrale appelée le Rond-Point de la Perle.

Ces manifestations ont dégénéré, faisant deux morts en deux jours. Les obsèques du second sont prévues aujourd'hui. Du coup, certains manifestants ont choisi de ne pas rentrer chez eux et ont installé des tentes sur leur place Tahrir.

Un soulèvement qui inquiète les États-Unis, dont la Cinquième flotte de l'US Navy est basée dans le royaume. Le Bahreïn est aussi un important centre bancaire dans le Golfe. Son Premier ministre, le cheikh Khalifa Ben Salman al Khalifa, oncle du roi, gouverne le pays depuis son indépendance en 1971. Les manifestants réclament sa démission.

Seules concessions accordées par le pouvoir qui craint une radicalisation de la protestation : le versement d'une allocation
de 1.000 dinars (2.000 euros environ) à chaque famille, la libération des adolescents mineurs incarcérés l'an dernier, et des millions de dollars de nouvelles dépenses sociales.

Cécile Quéguiner, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.