Photojournalisme : Habib Dargham capture l'essence de la révolte du peuple libanais

Publié
Photojournalisme : Habib Dargham capture l'essence de la révolte du peuple libanais
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Lauréat du Grand Prix 2021 du photoreportage étudiant de Paris Match, le photographe libanais Habib Dargham détaille les coulisses de sa photo récompensée, sur le plateau du 23 Heures, vendredi 22 octobre.

Habib Dargham, invité sur le plateau du 23 Heures, vendredi 22 octobre, est le lauréat du Grand Prix 2021 du photoreportage étudiant de Paris Match, en partenariat avec Franceinfo. Il a été récompensé pour un cliché capturé le 19 novembre 2019 intitulé "Le cri d'un silence", sur la révolte du peuple libanais. On peut y voir des habitants tenter de casser un mur. "Derrière ce mur, il y a le grand théâtre du Liban, explique le photojournaliste libanais. Il a été fermé depuis la guerre civile, en 1975. Il est menacé d'être détruit."

Un peuple révolté

Ces Libanais ont commencé à frapper ce mur "pour agresser la police qui essayait de nous arrêter" ainsi que "pour ouvrir cet espace culturel qui a été ouvert durant l'indépendance", décrit Habib Dargham. Ce dernier indique également qu'il a commencé à photographier le peuple libanais "le premier jour de la révolution, le 17 octobre 2019". "Depuis, je suis vraiment descendu juste pour m'amuser, prendre quelques photos, et en fin de compte, je me suis trouvé chaque soirée, chaque jour, des amis qui étaient dans les manifs, qui me disaient (...) de prendre des photos", raconte-t-il. Avant d'ajouter : "Le message que j'ai envoyé, c'est ce que j'ai senti dans les manifs, souligne-t-il. Avant que je ne sois un photographe dans les manifs, je me sentais dans la manif. J'étais en train de photographier le peuple qui est en train de se révolter, mais je fais partie du peuple."  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.