Liban : le Hezbollah et ses alliés perdent leur majorité au Parlement

Le mouvement chiite pro-iranien et ses alliés politiques n'ont pas obtenu les 65 sièges nécessaires lors des élections législatives organisées dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre libanais de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, le 17 mai 2022, à Beyrouth. (HOUSSAM SHBARO / ANADOLU AGENCY /A FP)

Un petite secousse électorale. Le puissant mouvement Hezbollah et ses alliés ont perdu leur majorité au Parlement libanais, selon les résultats définitifs des élections législatives publiés mardi 17 mai. Le mouvement chiite pro-iranien et ses alliés politiques n'ont pas obtenu les 65 sièges nécessaires pour rester majoritaires.

Le scrutin s'est tenu dimanche dans un pays miné par la pire crise socio-économique de son histoire imputée par une grande partie de la population, par des organisations internationales et plusieurs pays étrangers à la corruption et l'inertie de la classe dirigeante, inchangée depuis des décennies et accusée de laisser couler le pays.

Dans ce contexte, les candidats indépendants, issus du mouvement de contestation déclenché en octobre 2019 et qui a duré quelques mois pour réclamer le départ de la classe politique, ont réalisé de bons scores, avec au moins 13 candidats qui feront leur entrée au Parlement. Ils devraient se positionner en faiseurs de roi pour la formation du nouveau gouvernement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liban

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.