Cet article date de plus d'onze ans.

L'élection de l'assemblée constituante tunisienne aura lieu à la proportionnelle avec parité hommes-femmes

La Haute commission chargée de préparer les élections du 24 juillet a opté lundi soir pour un scrutin de listes à la proportionnelle au plus fort reste.Les personnes qui ont assumé une responsabilité dans le gouvernement de l'ancien président Ben Ali ou dans son parti, le RCD, ne pourront pas se présenter.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Yadh Ben Achour, professeur de droit à l'université de Tunis, a participé à la réforme électorale (29 mars 2011) (AFP / Fethi Belaid)

La Haute commission chargée de préparer les élections du 24 juillet a opté lundi soir pour un scrutin de listes à la proportionnelle au plus fort reste.

Les personnes qui ont assumé une responsabilité dans le gouvernement de l'ancien président Ben Ali ou dans son parti, le RCD, ne pourront pas se présenter.

Le débat a été vif sur cette question, certains souhaitant la limiter aux seules dix dernières années, alors que Zine El Abidine Ben Ali a été pouvoir pendant 23 ans.

La commission a également décidé d'écarter de la candidature toutes les personnes qui avaient signé une petition de soutien à une nouvelle candidature de Ben Ali en 2014.

La parité hommes-femmes, article phare du texte électoral, a été très applaudie à la Haute commission, y compris par les islamistes d'Ennahda.

Cet article prévoit l'obligation de faire figurer un nombre égal d'hommes et de femmes sur les listes, et de les faire alterner pour que les femmes soient en position éligible.

La Haute commission chargée de préparer les élections a décidé, le 7 avril, de la création d'une commission électorale indépendante de 12 membres, qui doit encore être approuvée par le gouvernement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.