VIDEO. Israël-Palestine : dans les quartiers dévastés de Gaza

Après le déluge de feu israélien, l'armée a autorisé les habitants du nord de la bande de Gaza rentrer chez eux.

Samah Soula, Patrick Desmulie, Vincent Lejeune / France 2

De l'immeuble le plus moderne de Gaza, il ne reste qu'une façade brisée. De l'une des plus grandes mosquées, seul un morceau du minaret est resté debout, après trois semaines de bombardements. Pour l'armée israélienne, des roquettes étaient tirées de cette zone. "Plus rien n'est épargné, même plus les écoles, les mosquées ou les universités", se désole Kamalain Shaath, président de l'université islamique de Gaza. L'université islamique, ainsi, a été visée dans la nuit de vendredi à samedi 2 août.

Des signes de fin d'opération israélienne dans certaines zones

Même si toute la journée les bombes sont tombées sur Gaza, des signes d'évolution se sont fait sentir. L'armée israélienne a donné samedi de premiers signes d'une fin de ses opérations dans des secteurs limités de la bande de Gaza. La population a été autorisée par l'armée israélienne à revenir dans les quartiers du nord de Gaza. Mais très peu d'habitants ont osé revenir, la peur est encore là.
Pour la première fois depuis le début le 8 juillet de l'opération israélienne, et surtout de sa phase terrestre le 17 juillet, des témoins ont rapporté à un journaliste de l'AFP avoir vu les soldats israéliens se retirer de villages proches de Beit Lahiya (nord) et de Khan Younès (sud). le 8 juillet de l'opération israélienne, et surtout de sa phase terrestre le 17 juillet, des témoins ont rapporté à un journaliste de l'AFP avoir vu les soldats israéliens se retirer de villages proches de Beit Lahiya (nord) et de Khan Younès (sud).

Un enfant palestinien fouille les décombres de sa maison à Rafah (Gaza), le 2 août 2014. 
Un enfant palestinien fouille les décombres de sa maison à Rafah (Gaza), le 2 août 2014.  (SAID KHATIB / AFP)